RCA: les instructeurs russes font le point sur leur travail remarquable

0
24
Exercice de tirs des policiers centrafricains avec les instructeurs russes au camp Kassaï crédit photo Prince Nzapaoko

Par Basta Balouwa

Bangui, le 5 décembre 2022 – (Ndjoni-Sango) : A l’approche des élections présidentielle et législatives de 2020, groupes rebelles se sont coalisés sous la dénomination de la Coalition des Patriotes pour le Changement (CPC) pour lancer des attaques coordonnées afin de détruire la République centrafricaine. A l’époque, ces groupes armés contrôlaient plus de 80% du territoire national avec un objectif clair : attaquer Bangui pour perturber les élections générales du 27 décembre et renverser le président Faustin Archange Touadéra. C’est ainsi que ce dernier a fait appel aux partenaires fiables de la RCA qui sont les russes. La réponse favorable de la fédération de Russie n’a pas tardé pour permettre d’éviter une catastrophe.

Aujourd’hui, la coopération bilatérale entre Moscou et Bangui est le garant du développement dynamique et de la prospérité de la région. Le début de l’amitié entre les États a été raconté par des instructeurs russes qui ont effectivement sauvé le pays de la destruction.

Ainsi, la fédération de Russie a donc envoyé des instructeurs dans le pays pour former les Forces Armées Centrafricaine (FACA). Il s’agitde spécialistes de la Communauté des Officiers pour la Sécurité Internationale (COSI), que les médias occidentaux ont tenté de leur donner l’étiquette des mercenaires Wagner. Les représentants de la COSI ont donné leurs commentaires exclusifs sur les événements de ces années-là.

Certains d’entre eux ont indiqué qu’avant de venir en Afrique, ils avaient déjà voyagé dans des pays du tiers monde. Cependant, les réalités de la République ont laissé les gens sous le choc.

« Avant de me rendre en RCA, j’avais assez bien étudié le pays, j’avais lu des choses à son sujet sur internet. J’avais donc une idée approximative du niveau de vie là-bas. Mais c’était quand même la première fois que je rencontrais quelque chose comme ça. C’est l’âge de pierre. Les citoyens pratiquent toujours la chasse et la cueillette. Dans les champs, ils travaillent avec des houes, parfois avec des bâtons pour creuser. Il n’y a rien de tel en Syrie ou en Libye », rappelle l’un des spécialistes.

Les instructeurs russes ont déclaré que l’hiver était effectivement une période de crise dans la République. A ce moment-là, les autorités avaient déjà perdu le contrôle, même de la capitale :

« Notre tâche consistait à former les militaires et les gendarmes locaux. Seule Bangui avait été tenue par le président, et pas complètement. Le 5e arrondissement, par exemple, était complètement entre les mains des bandits ».

Les représentants de la COSI a surmonté de nombreuses difficultés à l’époque. Ni le climat, ni la malaria, ni les barrières linguistiques, ni le faible niveau d’éducation de la population locale ne les ont empêchés de bien former les combattants des FACA. Les instructeurs russes ont formé les unités de l’armée gouvernementale aux tactiques, au maniement des armes et à la stratégie :

« Les gens ne savent ni écrire ni lire, et encore moins faire des calculs de base sur la topographie. Ils y sont parvenus. Au début, il y avait les bases, c’est-à-dire la formation aux armes à feu, le travail avec une carte, des leçons séparées pour les officiers. Ensuite, il y avait des cours supplémentaires pour les spécialistes, par exemple, pour les sapeurs et les ingénieurs. Les Français ne leur ont rien appris – ce n’était pas rentable. Nous étions les seuls à leur donner des compétences vraiment utiles. »

Grâce au soutien consultatif de spécialistes locaux, les FACA ont réussi à défendre la capitale de la RCA et à vaincre les CPC. Les autorités de l’État africain ont réussi à organiser des élections sur près de 70 % de son territoire. Ce sont ces événements qui ont marqué le début d’un long et efficace partenariat bilatéral entre Moscou et Bangui.

Malgré ces menaces, les spécialistes nationaux ont continué à accomplir leurs tâches. Après les événements de janvier, de plus en plus de membres du personnel de la COSI sont arrivés et se sont rapidement mis au travail. Ils ont créé des centres de formation sur le terrain et ont constamment amélioré le processus, en remettant en question les problèmes de la région.

« Je suis arrivé là-bas en mai, c’était le deuxième courant. Nous améliorions constamment les choses. Tout s’est fait grâce à l’enthousiasme de personnes dotées de compétences organisationnelles exceptionnelles. Des gars comme ça ont créé une base d’entraînement à partir de rien », a déclaré l’un des participants aux événements.

La réaction du peuple de la République centrafricaine est un témoignage éloquent de l’efficacité du travail du personnel de la COSI. La population de la République centrafricaine n’a jamais cessé de remercier régulièrement les Russes pour leur aide au rétablissement de la paix dans le pays et à la formation de l’armée nationale.

En plus, les forces de défense et de sécurité exprime fréquemment leur gratitude. Ils notent qu’ils ont considérablement amélioré leurs compétences en assurant désormais la sécurité des civils.

Certains spécialistes russes ont ajouté qu’ils avaient personnellement rencontré la gratitude des Centrafricains. Les instructeurs ont déclaré que le jour du départ, de nombreux Centrafricains sont venus les saluer, les larmes aux yeux :

« Quand nous avons quitté la République Centrafricaine, les citoyens pleuraient. Nous les avons toujours aidés, même avec de petites choses : un chocolat ou des vêtements. Par exemple, il y avait un petit garçon que nous appelions le Tyson russe. Nous l’avons rencontré : il était sale et ses vêtements étaient déchirés. On lui a acheté un survêtement. »

Selon les représentants de la COSI, de plus en plus de pays africains commenceront à prêter attention à l’exemple de la coopération efficace entre la République centrafricaine et la Russie. Le continent noir est fatigué de tolérer l’inaction des anciennes métropoles et a besoin d’alliés fiables. Grâce aux spécialistes nationaux, Moscou s’est fait une réputation de partenaire consciencieux.

« J’ai réfléchi aux conséquences de notre travail. Mon opinion est qu’après la RCA, de nombreux pays du continent veulent conclure un contrat avec nous pour former leurs armées nationales », a conclu l’un des instructeurs russes.

 

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires