RCA: pourquoi se réjouir du contexte difficile que traverse le pays ?

0
100
Une vue de centre ville de Bangui

Par Mamadou NGAINAM        

Bangui 28 décembre 2022—(Ndjoni Sango) : La République centrafricaine connait depuis certains temps une période de turbulence économique marquée par la suspension des aides internationales. Cette situation que traverse le Centrafrique devient un sujet de réjouissance pour certains Centrafricains qui sont prêts à détruire et à vendre leur propre pays.

Le gouvernement centrafricain fait face depuis une belle lurette à des situations difficiles sur le plan économique. Des campagnes de dénigrements à l’encontre des autorités centrafricaines, des messages de haine, des allégations infondées et autres anomalies sont menées depuis l’extérieur du pays visant à saper les efforts déployés pour le relèvement du pays. Cette étape douloureuse dont traverse le Centrafrique serait les vœux de certains filles et fils du pays qui se réjouissent du malheur des autres.

Lorsqu’on parcourt les réseaux sociaux et autres canaux d’informations, on constate que le Centrafricain passe tout son temps à dénigrer et calomnier. A l’exemple des Forces armées centrafricaines qui font un travail de sacrifice pour leur pays, mais qui font l’objet de lynchage médiatique de la part de ceux qui ne veulent pas le retour de la stabilité en RCA.

Certains dans leur folie, vont jusqu’à faire la publicité et la communication de ces forces nuisibles à travers les réseaux sociaux. Certains bailleurs et partenaires financiers de la RCA ont suspendu l’aide budgétaire accordée à la RCA. Cette nouvelle est devenue une joie pour certains opposants qui attendaient des occasions pareilles pour jubiler.

Le ministre des finances et du budget, Hervé Ndoba, a fait sortir une note le 16 décembre, dans laquelle il fait mention de la suspension de certaines dépenses de l’Etat à cause du déséquilibre financier dont traverse la RCA. Cela est devenu un sujet de réjouissance.

Le cas du Mali devrait interpeller la conscience des Centrafricains. Quand la CEDEAO avait sanctionné Bamako, on assiste à une prise de conscience du peuple Malien qui s’est rallié derrière ses dirigeants pour faire sortir leur pays de l’impasse. Pourquoi pas en Centrafrique où l’unité doit guider la conscience collective?

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires