Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Centrafrique : le FPRC s’oppose au déploiement des FACA

Les FACA en fin de formation à Berengo par les russes

Par Erick NGABA

Bangui 19 août 2018—Ndjoni Sango : Le groupe rebelle le Front Patriotique pour la Renaissance de Centrafrique (FPRC) se dit être inquiété du redéploiement des Forces Armées Centrafricaines (FACA) dans les villes de province de la République centrafricaine. C’est dans un communiqué que ce groupe rebelle hostile au gouvernement affiche sa position vis-à-vis du processus de déploiement des forces nationales sur les théâtres d’opérations.

Face aux multiples menaces sécuritaires que fait face la République centrafricaine, le gouvernement a procédé au déploiement progressif des forces nationales dans certaines régions du pays. Avec l’appui de la communauté internationale, le gouvernement a réussi à restaurer l’autorité de l’Etat à travers la présence des FACA.

Cette politique du gouvernement crée un gène au sein des groupes armés qui occupent une bonne partie du territoire national. Le FPRC, une faction rebelle de l’ex Seleka pilotée par Nourredine Adam et Abdoulaye Hissène, est le premier groupe rebelle à s’opposer à cette politique du gouvernement.

Dans un communiqué parvenu à notre rédaction, le FPRC affiche son inquiétude face à la montée en puissance des FACA.

« Coordination Générale du FPRC est inquiet du redéploiement des soient disant  FACA qui s’effectue unilatéralement par le Gouvernement et ses partenaires au risque de compromettre le processus de paix déjà entamé. Le FPRC tient à témoin l’opinion nationale et internationale et en rappelle à la résolution 2387 en son article 43 paragraphes IV stipulant que ce déploiement ne constitue pas un risque pour la stabilisation du pays pour les civils ou pour le processus politique » indique le communiqué.

Pour ce FPRC, les reformes du secteur de sécurité et le déploiement doivent se faire de concert avec les parties en crise qui sont, d’après lui, le gouvernement et les groupes rebelles du Nord-Est, sous l’égide d’une institution internationale comme l’Union Africaine, qui doit « s’imposer à toutes les deux parties ».

« En conclusion, le FPRC  regrette les agissements du Gouvernement et de ses partenaires qui forment, soutiennent, entretiennent et déploient des combattants armés appartenant à un clan. Ne représentant pas l’Etat centrafricain, ni le peuple mais plutôt la sécurité du régime en place. Le FPRC  demande à l’Union Africaine de veiller et d’arrêter ce déploiement injuste de ces combattants armés car le FPRC ne reconnait pas l’existence d’une armée nationale digne de nom », li-t-on dans le communiqué.

En s’attachant au processus de l’Union Africaine, le FPRC dénonce le soutien de la communauté internationale au gouvernement.

« Le FPRC prend à témoin l’opinion nationale et internationale de ce déploiement des forces injustes et constitue une entrave flagrante à la paix. Le FPRC exhorte l’Union Africaine d’accélérer le processus de paix », conclu le communiqué.

Pour rappel, le FPRC est le seul groupe armé qui a refusé de désigner ses combattants au gouvernement afin d’être formés et incorporés dans l’armée nationale.

Commentaires

commentaires