Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Centrafrique: Interview avec Hassan Bouba de l’UPC qui rejette les allégations des faux communiqués

Hassan Bouba, représentant de l’UPC

Bangui 31 octobre 2018—Ndjoni Sango: Dans une interview exclusive accordée au journal Béafrica News par téléphone, le groupe rebelle l’Unité  pour la Paix en Centrafrique, à travers son représentant politique, Hassan Bouba dément les informations des faux communiqués publiés au nom de son mouvement.

Béafrica News: Monsieur Hassan Bouba, Bonjour ! Nous sommes les correspondants du journal Béafrica News. Quelques questions s’il-vous-plaît.

Hassan Bouba: Allo ?

Béafrica News: Monsieur Hassan Bouba vous m’écoutez bien ?

Hassan Bouba : Oui je vous écoute très bien.

Béafrica News : Nous sommes les correspondants du journal Béafrica News. Nous avons à vous poser quelques questions, s’il vous plaît.

Hassan Bouba : Oui, je vous écoute.

Béafrica News : Votre organisation vient de publier un communiqué il y a quelques jours. Vos commentaires, s’il vous plaît.

Hassan Bouba : L’UPC c’est un groupe politique militaire. Personne ne peut pas dicter à l’UPC, personne ne peut pas donner l’ordre au chef militaire de l’UPC Ali Darrass. L’UPC n’est pas avec ce communiqué.

Béafrica News: J’ai compris. Monsieur le conseiller, est-ce que vous vous tenez à la déclaration de Khartoum ?

Hassan Bouba : L’UPC est dans la déclaration, l’accord de Khartoum. L’accord de Khartoum est même, on travaille avec Valery Zakarov sur le projet qu’on a discuté à Khartoum. Et on prépare le deuxième voyage à Khartoum le 14 et le 15 novembre 2018. Voilà. On confirmait que l’UPC est par l’accord de Khartoum.

Béafrica News : J’ai compris. Le dialogue sur la sécurité en RCA, comment vous le voyez en général ?

Hassan Bouba : En général, on attend le dialogue qu’est initié par l’Union Africaine et par la Fédération de Russie, dirigé par Valeri Zakharov pour prochainement sortir de la crise dans notre pays.

Béafrica News : Je viens de comprendre, merci. Monsieur le conseilleur, qui peut être intéressé à la déstabilisation de la situation par un mensonge ?

Hassan Bouba : Pardon ?

Béafrica News: Nous pensons que quelqu’un a soumis le communiqué qui est un mensonge. Donc, selon votre avis, qui peut être intéressé à déstabiliser la situation par ce mensonge comme cela ?

Hassan Bouba: Pour moi on appelle *** nous sommes ici dans la ***. C’est pas à Bangui pour connaître qui est derrière, on *** de chercher ne pas faire un communiqué *** quelqu’un qui va jouer avec le nom de l’UPC.

Béafrica News: J’ai compris. Est-ce que vous avez entendu que les participants de Khartoum sont sortis de cet accord ?

Hassan Bouba : Non, l’UPC n’est pas sorti de l’accord de Khartoum. L’UPC est avec l’accord de Khartoum. Mais si les autres qui sont sortis, nous on travaille sur l’accord de Khartoum, on a des projets à travailler, on a des projets à aider la population. L’accord de Khartoum est tres important pour la paix, pour l’économie et sociale pour le peuple centrafricain. Non, on n’était pas sorti de l’accord de Khartoum. Et nous on appele à toutes les parties signataires de cet accord. C’est pour respecter cet accord pour ramener la paix et le calme.

Béafrica News : J’ai compris. Monsieur le conseiller, est-ce que pouvez-vous répéter qu’aurai pu soumettre ce communiqué fautif, ce communiqué artificiel qui était un mensonge ?

Hassan Bouba : Pour le communiqué qui a été fait, nous on n’est pas responsable de ce communiqué. Et donc on est en train de chercher qui a fait ce communiqué pour qu’on le mette devant le fait, devant la responsabilité.

Béafrica News : J’ai compris. Monsieur le conseiller, merci bien pour votre interview, merci beaucoup.

Hassan Bouba : Merci.

Béafrica News: Au revoir

Commentaires

commentaires