Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Centrafrique: l’appui financier illicite du gouvernement au chef des milices alias FORCE divise le km5

Nimery Matar alias Force avec ses milices amées au KM5

Par Jérémie WALANDA

Alors qu’un boulevard vers le relèvement de l’Etat et sa restauration sur toute l’étendue du territoire national se présente devant le peuple centrafricain, force est de constater que le gouvernement censé assurer la protection de la population civile se livre à un jeu dangereux en finançant les milices qui font leur loi sur le peuple centrafricain.

Nimery Matar alias « Force », chef des milices du km5 a avoué la semaine dernière que le gouvernement à travers le Ministère de la sécurité publique lui aurait donné 400.000 F.cfa chaque semaine pour lui permettre d’entretenir ses éléments.

Dans la nuit du jeudi 22 au vendredi 23 février 2018, des violents combats ont opposés des factions d’autodéfenses de km5 pour une affaire de moto causant la mort d’un élément. Les échanges de tirs à l’arme lourde et légère se sont poursuivis jusqu’au dimanche soir et ont paralysé toutes les activités commerciales du Km5.

Dans ces combats, Force et ses éléments ont fait payer à la population civile innocente la lourde tribu. C’est ainsi que le Ministre de la sécurité publique, Henri Wanzet Linguissara, s’est déployé le vendredi 23 pour rechercher une solution négociable à cette crise.

Malheureusement, étant sur le terrain en pourparler avec l’une des factions, les détonations d’armes lourdes et légères ont encore repris.

Confronté à cette crise, le Ministre a haussé le ton. « Tout d’abord, ce sont des forces non conventionnelles détenant illégalement des armes qui dictent leur volonté. Le gouvernement est obligé de prendre ses responsabilités. Nous allons maintenir sur place la présence des Forces armées centrafricaines (FACA) y compris des forces de sécurité intérieure, notamment la Police et la Gendarmerie, bien entendu sous la coupe de la Minusca, afin de mettre fin à cette situation », déclare le ministre Wanzet Linguissara avant d’ajouter que « Le bilan est bien lourd et cela ne doit pas continuer comme-ça. On compte 4 morts et plusieurs blessés. ».

Devant cette situation, le ministre a opté pour le déploiement rapide et sans condition des forces de défense et de sécurité appuyées par les FACA et la Minusca en vue de rétablir l’ordre dans le 3ème arrondissement.

Par ailleurs, à l’origine de ces affrontements, les habitants du Km5 ont pointé du doigt accusateur les commerçants du Km5, la Minusca et le gouvernement.

De la responsabilité des commerçants du km5

L’origine des violents affrontements entre les autodéfenses du km5 implique également la responsabilité des commerçants qui les soutiennent financièrement. Selon des sources d’informations vérifiées, les commerçants organisaient des quêtes pour soutenir les milices au motif que celles-ci devraient assurer la sécurité de leurs biens.

Ces quêtes sont estimées à la hauteur de plus de 6 millions de Francs Cfa par mois par le Collectif des opérateurs économiques. Cette somme aurait été à l’origine de la dissidence de Youssouf autrefois élément dans le groupe de Nimery alias « Force » qui se battent autour de la pomme de discorde qui se trouve être cette aubaine alléchante que constituent les quêtes organisées par les commerçants du km5.

De la responsabilité de la Minusca et du gouvernement

Selon les habitants du Km5 et l’avis de nombreux observateurs de la politique et sécurité, le gouvernement et la Minusca sont la principale cause des tueries de ces groupes d’autodéfense financés par le gouvernement et appuyés par la Minusca pour des fins de renseignement sur les groupes armés dans l’arrière-pays. Cela soutient les propos de Elmery alias Force selon lesquels, le Ministre de la sécurité publique lui aurait donné 400.000 Fcfa par semaine pour leur prise en charge.

Cela soutient aussi la thèse des habitants du km5 qui affirment que depuis le début de la crise, ils n’ont  jamais cessé d’informer le gouvernement et la Minusca sur les positions de ces criminels et les actes barbares qu’ils posent. Mais malheureusement, aucune action n’est entreprise par le gouvernement et la Minusca pour mettre hors état de nuire ces bandits du grand chemin, abandonné ainsi la population civile à sa triste sort.

C’est pourquoi, la dernière démonstration de force faite par les extrémistes venus de nulle part du km5, en présence du Ministre de la sécurité publique qui était en pourparler avec une des fractions,  témoigne à suffisance que ceux-ci bénéficient des appuis multiformes non seulement du gouvernement mais aussi de la Minusca qui se laisse faire. Car ces extrémistes jouissent pleinement de l’impunité que leur consacrent le gouvernement et la Minusca.

Il convient de signaler que ces affrontements ont lieu au moment où comparaissent devant la cour criminelle de Bangui 16 anciens membres d’autodéfense du km5, poursuivis pour association de malfaiteurs, détention illégale d’armes et munitions de guerre, atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat et rébellion.

Il est temps que ceux qui continuent de semer la terreur au km5 puisse prendre conscience des conséquences de leurs actes et qu’ils savent tôt ou tard la justice triomphera.

Commentaires

commentaires