Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

RCA: appel du gouvernement et des institutions internationales à la prévention contre le COVID-19

Par Samson YANGONGO

le ministre de la santé, Pierre Somsé avec la délégation des organisations internationales @Erick Ngaba

Bangui 23 mars 2020—(Ndjoni Sango) : Le gouvernement, l’Organisation Mondiale de la Santé et la Minusca appellent la population centrafricaine à la prévention contre le Coronavirus. Cet appel a été lancé le mercredi 18 mars dernier par Vladimir MONTEIRO, porte-parole de la MINUSCA, le représentant de l’OMS Severin Von XYLANDER, et le ministre de la Santé publique, Docteur Pierre SOMSE, lors de la conférence conjointe, MINUSCA-Gouvernement-OMS, tenue le mercredi 19 mars au siège de ladite mission à Bangui. 

Après la terrible épidémie du coronavirus devenue une endémie, provenant de la Chine, plus de 80% de population dans le monde sont atteints de ce virus, dont 29 pays africains y compris la Centrafrique. Un cas de corona détecté à Bangui ce Samedi 14 Mars dernier sur un prêtre de l’église catholique de Mbaiki d’une part, et d’autre part, le ministère de la Santé, par la voix de son ministre, affirme qu’il n’y a aucun cas local détecté concernant le CORONAVIRUS, et qu’il y’a une transparence coopérative qui existe entre la MINUSCA et l’OMS qui sont prêtes à lutter et tout mettre en œuvre contre ce virus, afin d’éviter sa propagation sur toute l’étendue du territoire centrafricain.

« Le premier usage c’est celui de la phase dans laquelle nous nous trouvons par rapport à la situation de la pandémie. Nous venons de découvrir un cas importé, et nous n’avons pas de cas autochtone, de cas parmi les résidents, parmi les Banguissois ou les Centrafricains sur place. Cela veut dire que nous ne sommes pas en épidémie. Notre priorité, c’est d’abord, de faire en telle sorte qu’à partir de ce cas, nous n’ayons pas de propagation. Notre objectif, c’est de chercher d’autres cas importés, tout en poursuivant le travail que les recherches au niveau de l’aéroport en poursuivant le travail de suivi des voyageurs qui arrivent et qui sont en quarantaine, parce que tous ceux qui arrivent des pays en épidémie, sont considérés comme des suspects potentiels et mis en quarantaine », a expliqué Docteur Pierre SOMSE, ministre de la santé publique et de la population.

Selon le technicien de la santé, la quarantaine signifie que la personne doit rester à la maison et se tenir à 1 mètre de ses parents ou bien sa famille, et ne doit pas partager les lieux communs avec le reste de la famille. Elle doit ainsi, rester dans un environnement qui est sain, et se laver aussi les mains, observer les mesures d’hygiènes, et se tenir prêt à contacter le numéro d’urgence qui est le 1212, un numéro appartenant au centre d’isolement de l’amitié.

« Être accessible au personnel de santé qui le suit. Et en ce qui « concerne nous les centrafricains, il y’a un travail de vigilance à faire. On souhaite la collaboration de tous y compris les médias, pour que les personnes qui sont des visiteurs personnellement des centrafricains, et qui viennent des pays qui sont en épidémie, respectent les mesures de quarantaine. L’autre point concernant la situation des suspensions des vols dans d’autres pays, mais pourquoi pas la Centrafrique ? » a-t-il ajouté.

Face à cette situation, les restrictions des mouvements de personnes et des biens ne font pas partis du règlement sanitaire international qui est géré par l’OMS et qui s’applique à la gestion des épidémies. En ce qui concerne la Centrafrique du côté de la suspension des vols, le ministre a expliqué que deux vols importants qui viennent des pays en épidémie, de l’Afrique, de l’Europe à savoir le Royal Air Maroc, et Air France ont suspendu eux-mêmes leurs activités. Il affirme que la RCA ne peut pas se couper du monde. Car, il reste KENYA AIRWAYS et SKY qui semblent et qui considèrent aussi la possibilité de se suspendre.

« Cela devient pour nous maintenant un risque, parce qu’on risque d’être couper du monde avec plusieurs conséquences qui portent sur le plan économique, humain, même sur le plan sanitaire. Le troisième point est situé sur le port des masques. Est- ce que le port des masques par tout le monde est justifié ? La réponse est simple. Le port des masques n’est pas justifié, il doit être réservé aux malades qui prennent ainsi des dispositions pour ne pas contaminer les autres, ou encore le port des masques doit être réservé aux personnels de santé qui sont dans un milieu qui les exposent à des possibilités dont la contamination à travers des malades qui viennent en consultation. Mais le port des masques n’est pas nécessaire », a-t-il déploré.

Mais d’autre part, la Chine étant la détentrice de ce virus, elle a pu remédier au problème causé de son côté. Alors, qu’en est-il des autres pays ? Plus précisément la Centrafrique qui est un pays sous- développé, un pays qui a connu moyennement tout type de crise. Et voilà ce maudit virus qui vient pervertir la situation sanitaire des Centrafricains.