Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

RCA: persistance des grèves, un autre visage de la mal gouvernance?

Par Mamadou NGAÏNAM

Circulation dans la ville de Bangui@photo Erick Ngaba

Bangui 3 mars 2020—(Ndjoni Sango) : Depuis plusieurs semaines, voire quelques mois, la tension sociale a monté d’un cran dans l’Administration Publique centrafricaine. Les Affaires Etrangères est l’un des cas patents. Un grand département de telle envergure ne peut voir ses Fonctionnaires entrer en grève durant des semaines sans que le gouvernement ne puisse se hâter à trouver des solutions idoines pour que cette vitrerie du pays ne soit trop noircie.

Les Fonctionnaires et Agents des Affaires Etrangères sont tous unanimes et imposent avec persistance que toutes les revendications exprimées à l’endroit du gouvernement soient solutionnées avant toute reprise d’activité au sein de ce Ministère. Ils réclament le bien-être social et la prise en charge effective de leurs collègues qui sont dans les Ambassades à l’Etranger.

Est-ce qu’il est possible pour un Etat Responsable de voir ses ambassades à l’extérieur fermées, les personnels et l’Ambassadeur chassés faute de non payement des arriérées de loyer ?

Et les salaires, parfois ils sont oubliés ou exemptés des traitements mensuels dus à l’ensemble des Agents et employés de l’Etat.

D’autres points énumérés sont ceux de la discrimination, le clientélisme voire l’ethnicisme qui priment dans les nominations, alors que les vrais diplomates sont et demeurent sans postes de responsabilité pour s’exercer.

A cela, s’ajoutent les dures conditions dans lesquelles ces agents travaillent. Et cela n’honore pas notre pays et affaiblit ce département qui est beaucoup sollicité pour rendre la diplomatie Centrafricaine plus dynamique, brillante et représentative à l’extérieur.

Qu’en pensent la Ministre de tutelle et le Chef du gouvernement qui ne cessent de pavaner tout le temps en Europe et à travers le monde ?

Si ce n’est que pour passer des belles nuits dans des Hôtels Haut-standing à l’extérieur ! Que fait donc la diplomatie Centrafricaine pour le renforcement de l’Etat de droit, de la démocratie et du retour à la paix à travers la cohésion sociale ? Seul le Président TOUADERA peut-il mener à bon port et de manière efficace cette diplomatie sans l’apport et le soutien de ses Techniciens et cadres concernés ?

Aussi, à la SOCATEL, n’en parlons pas, car la situation n’a guère évoluée et les grévistes continuent de réclamer justice en dépit des cris qu’ils ne cessent de lancer aux autorités du pays. Entretemps, Ali Darassa et autres criminels ont été bien traités lors des festivités en pompe de l’an 1 de l’accord de Khartoum.

Que dira- t-on des retraités qui croupissent sous le joug de la misère et qui réclament la revalorisation des pensions pour leur permettre de faire face au coût de vie très élevé ?

La manifestation de ces maltraités à répétition devant le point saillant de Bangui, (Mairie, Trésor Public, Présidence), n’attirent pas l’attention du chef de l’Etat, qui parfois, préfère changer d’itinéraire pour se rendre au Palais.

Où va donc l’argent des contribuables Centrafricains ? Quant aux enseignants grévistes appuyés par leurs enseignés, ceux-ci sont déterminés d’aller jusqu’au bout si le gouvernement continue de faire la sourde oreille.

Les recrutements dans l’armée, c’est une bonne chose puisque tous, nous réclamons la sécurité, mais seulement, il faut se pencher sur les cas sociaux qui sont aussi facteurs de stabilité ou de déstabilisation des acquis obtenus après la crise dans le pays. Alors, il y a de la matière pour les élus de la nation pour attirer l’attention du Boss du pays.