Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Centrafrique: Plan International estime que les mariages précoces compromettent le leadership féminin 

Les filles assistées par l'ONG Plan en Centrafrique@Eric Ngaba

Les filles assistées par l’ONG Plan en Centrafrique@Eric Ngaba.jpg

Par Eric NGABA

Bangui 13/10/2017 (www.ndjonisango.net): L’ONG Plan International plaide pour l’implication des filles au centre des décisions. En prélude  à la journée internationale de la jeune fille célébrée chaque 11 octobre, l’ONG fait des plaidoyers afin d’éradiquer le phénomène  des mariages précoces qui compromettent le leadership féminin. 

lancé mercredi dernier, à l’initiative du Plan international.

« Les filles ont le pouvoir de changer le monde », c’est l’un des messages à travers lesquels l’ONG Plan International bat tambour battant la campagne au tour de l’éducation des filles. En prélude à la journée internationale de la jeune fille, l’ONG a mené une série d’activités y relatives en République Centrafricaine. Des jeux concours, des sketchs, des poèmes et match de football ont été organisés à cet effet.

L’occasion pour l’ONG Plan International de passer le message en faveur des filles. Le message est axé sur l’éducation,  la protection et des filles, auxquelles celles-ci ont droits et qu’elles ne sont pas exclues des services et des processus de prise de décision.

A l’école fondamentale 1 de Lakouanga, Plan International a mobilisé les élèves notamment les filles, les parents et les autorités centrafricaines dont la ministre centrafricaine de la promotion de la femme, de la famille et de la protection, Aline Gisèle Pana, afin de donner un sens à cette journée en faveur des jeunes filles.

L’Unicef a estimé à plus de 2 millions d’enfants qui sont affectés par la crise, dans un pays où les services sociaux de base se sont fortement détériorés durant la crise qui a fragilisé la République Centrafricaine. Plus particulièrement, les jeunes filles sont les plus touchées, d’après le Plan International.

Le Directeur de Plan International Centrafrique, Henri-Noel Tatangang, a rappelé dans un communiqué que l’objectif de l’organisation est que les enfants et les jeunes touchés par le conflit en dans le pays aient accès à une éducation de qualité, à des possibilités de réinsertion socioéconomique et soient protégés contre la violence, l’exploitation, les abus et la négligence afin d’assurer leur bien-être grâce à la fourniture de services intégrés au niveau familial et communautaire.

A l’initiative de l’ONG Plan International, le Conseil de Sécurité de l’ONU a voté une résolution en 2011 instaurant la journée internationale de la jeune fille dont on célèbre aujourd’hui la sixième édition.

Plan International a commencé ses opérations en République Centrafricaine, depuis 2014, dans les secteurs de l’éducation et la protection des enfants en situation d’urgence.

Ses opérations en Centrafrique sont gérées à partir du bureau de Bangui et des sous-bureaux de Berberati, Bossangoa, Boda et Kaga-Bandoro et couvrent les préfectures d’Ombela M’poko / Bangui, Mamberi Kadei, Ouham, Lobaye et Nana-Grebizi.

L’auteur de l’article :

Erick NGABA est ressortissant du Département des Sciences de l’Information et de la Communication de l’Université de Bangui où il a obtenu sa licence professionnelle en Journalisme. Free-lance pour plusieurs agences presses internationales, il est le Directeur de Publication et Webmaster de ce site d’information www.ndjonisango.net. Courrier : doctarngaba@gmail.com , +236 72614325

Commentaires

commentaires