Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Centrafrique: une fête de travail sanglante dans une église avec une vingtaine de morts à Bangui

Une marée humaine exaspérée sur l’avenue Barthélémy Boganda à Bangui@Erick Ngaba

Par Erick NGABA

Bangui 2 mai 2018 -La journée de fête de travail, célébrée le 1er mai, a été meurtrière à Bangui, capitale de la République centrafricaine. Les extrémistes armés du quartiers Pk5 ont attaqué l’église catholique Notre dame de Fatima pendant une messe de la fraternité Saint Joseph. Au moins une vingtaine de morts dont l’Abbé Albert Toungoumalet, et une cinquantaine de blessés ont été enregistrées, d’après des sources concordantes et un communiqué de MSF.

Les violences ont éclaté hier dans la journée de premier mai dans la capitale centrafricaine. L’attaque terroriste des éléments du Pk5 sur l’église de Fatima a endeuillé la population de Bangui. Selon un survivant de cette attaque, les assaillants ont encerclé l’église avant d’ouvrir le feu accompagné de grenades sur les fidèles en pleine conclave.

« Nous étions en pleine conclave de la fraternité Saint Joseph à l’église notre dame de Fatima. Ils sont venus encercler l’église et ont commencé à tirer tout azimut sur les gens. J’ai vu les tombés sous les balles et même l’Abbé qui sortait est tombé sur le champ. Nous avons réuni par la grâce de Dieu à escaladé la clôture de l’église pour fuir.  En tout, j’ai vu dix corps sans vie au sol et des blessés », témoigne un survivant de l’attaque sous couvert de l’anonymat.

Dans un communiqué, le Médecins Sans Frontière a informé avoir pris en charge de nombreux blessé dont 6 ont succombé de leurs blessures.

L’attaque ciblée de l’église catholique de Fatima a provoqué un regain de violence et des représailles. Des lynchages sur des sujets musulmans ont été signalés à Lakouanga dans le 2ème arrondissement de Bangui. A cela s’ajoute le pillage systématique de la mosquée de ce secteur.

En outre, 16 corps et de nombreux blessés ont été provisoirement enregistrés à l’hôpital communautaire de Bangui. Pendant ce temps à la mosquée d’Ali Babolo au Pk5, 3 corps y ont été introduits au début des échauffourées.

Les faits de l’évènement et ses origines

D’après les versions des faits, tout était parti d’un braquage d’un taxi-moto par les éléments du leader criminel de Pk5 Nimery Matar alias Force. Le conducteur de l’engin à deux roux, poignardé par les assaillants, a eu la vie sauve grâce à l’intervention de la gendarmerie nationale.

Un combat frontal a opposé les éléments de la gendarmerie aux criminels de PK5 qu’au cours duquel, un chef adjoint de de Nimery Matar était grièvement blessé, d’après les informations recueillies par notre rédaction.

Aussitôt, les criminels de Pk5 ont lancé l’attaque sur l’église de Notre Dame de Fatima, massacrant des civils en guise de représailles. Ce regain de tension a plongé une partie de la ville de Bangui dans une violence.

Ces évènements s’étaient produits pendant que les autorités du pays célèbrent la fête de travail à la place de défilé sur l’avenue des Martyrs.

C’est la deuxième attaque ciblée contre l’église catholique Notre dame de Fatima. La première remonte en 28 mai 2015 durant une messe où il y avait des personnes déplacées.

Commentaires

commentaires