Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

RCA: les édifices publics en état de délabrement avancé à Bria

Par Jason MARLEY

Un bâtiment administratif en état de délabrement avancé à Bria en novembre 2019@photo Marly Pala
Un bâtiment administratif en état de délabrement avancé à Bria en novembre 2019@photo Marly Pala

Bangui 28 novembre 2019— (Ndjoni Sango) : Les bâtiments administratifs, se trouvant de la ville de Bria, dans la préfecture de la Haute-Kotto, sont en état irréparable après la crise militaro-politique qui a secoué la République Centrafricaine. Ce constat est fait lors d’un passage des journalistes dont de Ndjoni Sango qui effectuent un voyage de presse avec la Minusca dans cette localité.

Située à 595 kilomètres au nord-est de la République Centrafricaine, la ville de Bria est habitée par les communautés Goula, Ronga et aussi des Banda, groupes ethniques du pays.

Mais suite aux conflits armés de 2013, cette préfecture est assiégée par plus de 6 groupes rebelles qui dictent leurs lois, exploitent illégalement les richesses minières et prélèvent les taxes et les impôts.

C’est une situation déplorée par Maurice Balekouzou, Président de la Délégation Spéciale de la ville de Bria :

 « Vous savez que Bria est une ville post-conflit et nous n’avons pas une mainmise sur certains biens appartenant à l’Etat au détriment des forces non conventionnelles. Les fonctionnaires et les régies financières sont présents mais ne travaillent pas, faute des infrastructures détruites. Malgré l’étroite collaboration de la MINUSCA avec les autorités locales, les conditions de travail ici restent fragiles. Nous demandons au gouvernement de veiller pour que la restauration de l’autorité de l’Etat soit effective à Bria pour que nous puissions travailler dans la quiétude », a-t-il déploré.

La plupart des groupes armés qui sévissent dans cette ville, comme le FPRC font partie des groupes signataires de l’Accord du 6 février. Alors, le suivi du processus pour la mise en application de cet APPR s’avère nécessaire.

Il faut rappeler que les activités dans la ville de Bria sont fragilisées à cause des exactions commises par les groupes réfractaires dans la région. Ce qui compromet la réhabilitation de certaines infrastructures étatiques.