ALERTE : Des jeunes veulent abuser des femmes françaises en Centrafrique

1
10889
French soldiers from the Sangaris operation take a rest during a patrol at the Castor district of Bangui on January 4, 2014. The Central African Republic, already chronically unstable, plunged into chaos after mainly Muslim Seleka rebels staged the coup last year. Last month, French troops intervened to try to stem resurging violence pitting former rebels against militias from the country's Christian majority bolstered by fighters loyal to the ousted regime. AFP PHOTO / MIGUEL MEDINA
French soldiers from the Sangaris operation take a rest during a patrol at the Castor district of Bangui on January 4, 2014. The Central African Republic, already chronically unstable, plunged into chaos after mainly Muslim Seleka rebels staged the coup last year. Last month, French troops intervened to try to stem resurging violence pitting former rebels against militias from the country's Christian majority bolstered by fighters loyal to the ousted regime. AFP PHOTO / MIGUEL MEDINA
French soldiers from the Sangaris operation take a rest during a patrol at the Castor district of Bangui on January 4, 2014. The Central African Republic, already chronically unstable, plunged into chaos after mainly Muslim Seleka rebels staged the coup last year. Last month, French troops intervened to try to stem resurging violence pitting former rebels against militias from the country’s Christian majority bolstered by fighters loyal to the ousted regime. AFP PHOTO / MIGUEL MEDINA

Abus sexuels sur des enfants mineurs en Centrafrique – «Si rien n’est fait par la justice, on va abuser des femmes françaises qu’on aura l’occasion de rencontrer dans les rues». Cette phrase de jeunes «révolutionnaires» peut et doit être prise au sérieux par les autorités compétentes. Ces Centrafricains se disent «décidés à se faire leur propre justice». Ce qui pourrait coûter cher à des citoyennes françaises qui vivent ou qui visiteront la République centrafricaine.

De jeunes Centrafricains pensent que «les soldats français violeurs de la mission Sangaris ont fait juste ce que faisaient leurs anciens contre nos femmes dans les champs de plantations», faisant ainsi allusion aux filles abusées par leurs patrons blancs à l’époque de l’esclave.

Cette nouvelle déclaration aux accents révolutionnaires de jeunes de la Centrafrique peut, rendre difficile la vie de simples citoyennes françaises qui n’ont rien à voir avec ces abus sexuels sur des enfants mineurs centrafricains.

Selon le Français Pierre M. Rousseau contacté par Times24.info, «l’Elysée doit vite prendre des dispositions par rapport à ces menaces, qui peuvent mettre en danger la vie de nos concitoyennes»

Dans un rapport publié, les Nations Unies accusent des militaires français en mission en Centrafrique d’avoir violer des enfants mineurs, âgés entre 14 et 15 ans.

Depuis ces accusations, aucune arrestation n’est encore notée chez les soldats violeurs identifiés par les enfants victimes de viol. L’enquête est toujours en cours en France.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Nzapayeke
Nzapayeke
7 années il y a

G Souhaite Qe Ces Especes De Violeus De Mineurs Qitent Mn Beau Pays Le Plus Tôt Possible Avant Qe 6 Deviennes 9.