RCA: Accord de paix, les groupes armés réaffirment leur attachement contrairement aux fake-news

0
353
les leaders des groupes armés aux pourparlers de Khartoum
les leaders des groupes armés aux pourparlers de Khartoum

Par Erick NGABA

Bangui 1er Mai 2020— (Ndjoni Sango) : Les groupes armés, signataires de l’accord de paix signé le 6 février 2019 avec le gouvernement, ont de part et d’autres, démenti le faux document qui circule sur les réseaux sociaux en leurs noms. Le document parle de leur retrait de cet accord, alors qu’ils en affirment tous leur attachement, à l’exemple de 3R de Sidiki Abbass et de l’UPC d’Ali Ndarassa, qui ont fait des démentis à travers des communiqués de presse.

La mise en œuvre de l’accord de paix en République centrafricaine a permis le rétablissement progressif de l’autorité de l’Etat avec le déploiement des forces de défense et sécurité intérieure, les commis de l’Etat.

Hormis les efforts du gouvernement à mettre en œuvre cet accord afin de permettre au pays de se relever de ses cendres, les groupes armés signataires tentent, pour leur part, de l’appliquer en dépit des violations enregistrées.

Pendant ce temps, un document circulant sur les réseaux sociaux a fait savoir que des groupes  signataires, notamment l’UPC, 3R, MPC et le FPRC, se sont retirés de l’accord de paix du 6 février 2019, à  cause de la mauvaise volonté du gouvernement à mettre en œuvre les engagements en ce qui le concerne.

Surpris par un tel document en leurs noms, signatures et cachés falsifiés sur le document, les groupes signataires de l’accord ont successivement apporté des démentis formels.

«Les 3R répliques qu’ils ne se reconnaissent pas dans la signature de ce communiqué de presse. Les 3R s’engagent et non la division, pour la cohésion sociale, la solidarité et non l’esprit tribal, de haine et de jalousie qui pousse les gens au-delà des considérations de troubles.  Considérant la vision de la paix des 3R, j’oppose au retrait des membres de 3R dans le gouvernement et dans les différents organes de mise en œuvre de l’APPR-RCA », indique le communique du mouvement Retour Réclamation et Réhabilitation (3R), signé Bi Sidi Souleymane dit Sidiki Abbass, relatif au faux document en circulation sur les réseaux sociaux.

De son côté, l’Unité pour la Paix en Centrafrique (UPC), dirigée par Ali Ndarassa, attire l’attention de l’opinion publique sur la falsification de sa signature électronique.  Dorénavant, selon le communiqué de l’UPC y relatif, Ali Ndarassa, son leader, n’utilise cette signature électronique pour signer un document officiel.

Pour mettre fin aux hostilités et aux manœuvres de déstabilisation de la RCA, le gouvernement a signé le 6 février 2019, avec les 14 principaux groupes armés, un accord de paix (APPR-RCA). Tous ces groupes restent attacher à l’accord, à part Abdoulaye Miskine du FDPC qui s’est retiré de l’accord, et se trouve présentement en cavale. Celui-ci est sous le viseur du Conseil de Sécurité de l’ONU.

0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments