RCA: et si aujourd’hui la Cour constitutionnelle invalide la candidature de Bozizé…

0
772
Cour-constitutionnelle-ndjoni-sango-Centrafrique
Les membres de la Cour constitutionnelle centrafricaine

Par Erick NGABA

Bangui 3 décembre 2020—(Ndjoni Sango) : C’est ce jour 3 décembre 2020, que la Cour Constitutionnelle va finalement donner sa décision sur les dossiers de candidature pour la présidentielle prévue le 27 décembre de la même année. Ça sera un tremblement de terre si le verdict de la Cour rejet le dossier du candidat du parti KNK dont les sanctions de l’’ONU qui pèsent sur lui et le mandat d’arrêt international lancé en 2013 par le gouvernement centrafricain, pourraient être les motifs.

Les cœurs se battent, et les tensions artérielles montent de part et autre au sein de la classe politique centrafricaine, à quelques heures de verdict de la Cour constitutionnelle. Après avoir traité le cas des candidats aux législatives dont 78 d’entre eux ont été recalés, la Cour se penche aujourd’hui sur les présidentiables.

Ils sont 22 prétendants candidats dont une femme à la présidentielle de cette fin d’année. Mais ils ne seront certainement pas tous les 22 candidats après la décision qui va tomber aujourd’hui. Certains vont être reculés. On risque d’avoir seulement une dizaine de candidats retenus par la Cour.

En attendant le verdict de la Cour constitutionnelle, des rumeurs fusent de part tout que la candidature de l’ancien président François Bozizé Yangouvonda serait invalidée. Plusieurs raisons pourraient expliquer le rejet de cette candidature. Ce n’est un secret pour personne. L’on sait que le candidat du KNK à la présidentielle a des démêlés avec la justice et les Nations unies.

En 2014, le parquet de Bangui a lancé un mandat d’arrêt international à l’encontre du Général Bozizé. Des chefs d’accusation comme crime de guerre, crime contre l’humanité, et exécution sommaire entre autres ont été mentionnés.

En outre, François Bozizé Yangouvonda sur la liste noire de l’ONU. Sous sanctions de l’ONU depuis 2014, le Conseil de sécurité a indiqué que l’ancien président constitue une menace pour la paix en République centrafricaine. C’est pourquoi, l’ONU a gelé ses avoirs et l’interdit de voyager.

Le mandat d’arrêt et les sanctions de l’ONU sont en vigueurs jusqu’aujourd’hui. L’ancien président de la République est conscient bien de cela.

Par ailleurs, le candidat du KNK n’est pas le seul dont le dossier serait invalidé par la Cour constitutionnelle. Il y a bien d’autres candidats dans la course à la présidentielle. De toute manière, on le saura dans quelques heures.

Et il faut l’admettre si la décision de la Cour frappe ceux qui ne répondent pas aux critères ou qui sont reprochés par la justice. Car, la loi est dure mais la loi c’est la loi. Elle doit s’appliquer à tous pour que la République centrafricaine continue d’avancer sur son chemin de la paix.

5 1 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires