RCA: le contrôle des papiers qui tourne à la raquette chez les policiers

0
204
Un contrôle de police au centre ville de Bangui en Centrafrique

Par Fofito Mattas

Bangui 28 juillet 2021—(Ndjoni Sango) : Les Forces de sécurité intérieure (FSI), à savoir la Police centrafricaine et la Gendarmerie nationale, ont pour mission principale de protéger la population civile ainsi que ses biens. Mais que veulent  les policiers qui continuent de raquettier la population lors des contrôles des pièces d’identité nationale ?

Il y a de cela quelques mois que le ministère de la sécurité avait lancé les procédures de la délivrance des cartes d’identités nationale à la brigade criminelle dont le montant est fixé à 6.500FCFA. Depuis lors, les Centrafricains se sont massivement fait enregistrer et procurer cette pièce pour être en règle avec les autorités compétentes afin d’éviter toute peine qui pourrait leur compromettre.

Selon plusieurs faits auprès de la population centrafricaine et quelques témoignages fait dans les ondes nationales, cette affaire de carte nationale d’identité est devenue une monnaie courante ou encore une vache à lait pour les Policiers qui, pour se faire de l’argent, utilisent la pression, la brutalité sur la population civile pour avoir de l’argent si celui ou celle qui se trouve sur leur passage ne dispose pas encore de ladite carte.

Les policiers ont usé de leur insigne pour nous soutirer de l’argent, a affirmé une victime qui habite le quartier Benz-Vi dans le 5ème arrondissement :

« Ils étaient 17 heures précises où une patrouille des policiers nous a encerclés pour  exiger de nous,  de leur présenter la carte nationale d’Identité. Nous étions nombreux, plus d’une vingtaine. Ceux qui avaient leurs papiers sur eux sont sauvés, tandis que nous qui n’en n’avions pas encore, tant, nous sommes dans les démarches de le faire malgré le nombre des gens qui font la queue devant la brigade criminelle. D’autres dorment même là-bas. Et par la suite, ils nous demandent de leur donner 10.000F par personne comme quoi c’est la pénalité à payer si un individu ne dispose pas de pièce d’Identité nationale sur lui », a-t-il fait savoir.

« Nous étions dans l’obligation de leur donner ce qu’on a sur nous pour éviter de se faire embarquer. C’est déplorable cette situation, on se demande si cette loi qui permet à une force de l’ordre d’usurper de son titre pour prendre de l’argent chez un Centrafricain qui  est aussi inscrite dans leur code de travail ? »S’est-il interrogé.

Suite à ces différentes plaintes des habitants de Bangui et ses périphéries sur le comportement indigne des forces de l’ordre, le Directeur général de l’Office centrafricain de répression du banditisme (OCRB), se réserve de tout commentaire et promet d’entendre les différentes parties avant de se prononcer là-dessus.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments