Pourquoi la RCA doit-elle dynamiser son capital humain ?

0
113
Le Représentant pays de la Banque mondiale en RCA Han Fraeters congratule le président centrafricain Faustin Archange Touadera lors de l'investiture de ce dernier le 30 mars 2021 au parlement à Bangui @crédit photo Erick Ngaba

Par Thomas KOSSI

Bangui 20 août 2021—(Ndjoni Sango) : Il faut réduire la pauvreté, créer les opportunités économiques et s’attaquer aux facteurs de fragilité. Tant, le capital humain est un facteur déterminant de la croissance durable et de la réduction de la pauvreté.

Plusieurs études montrent que 10 à 30 % des différences de revenu par habitant entre les pays peuvent être attribués au capital humain. Une population en bonne santé, bien nourrie, éduquée et qualifiée constitue le fondement  d’une société productive. Cela permet aux travailleurs de participer activement et de manière productive au marché du travail, d’innover et d’adopter des technologies émergentes, favorisant ainsi une croissance soutenue et la réduction de la pauvreté.

Dans un pays fragile comme la RCA, le capital humain peut réduire les facteurs de fragilité, donner aux citoyens des moyens de s’engager dans leur communauté et renforcer le contrat social et l’inclusion.

Un faible investissement dans le capital humain affecte lourdement les niveaux d’éducation et la situation sanitaire, et compromet les perspectives de développement durable. Les personnes disposant d’un capital humain plus important sont plus productives et contribuent plus efficacement à l’économie.

Les niveaux supérieurs de capital humain sont associés au progrès technologique, à la transition démographique et à la réduction de la pauvreté. Répondre aux besoins en capital humain pourrait également permettre au pays le capital social.

Le capital humain atténue la pauvreté de plusieurs façons. Tout d’abord, l’investissement dans le capital humain permet aux citoyens de disposer des outils nécessaires pour devenir des membres productifs et efficaces de la société. Les individus plus productifs et plus qualifiés ont plus d’opportunités sur le marché du travail et plus de chance de disposer d’un revenu élevé.

Deuxièmement, des niveaux supérieurs de capital humain peuvent éradiquer la pauvreté multidimensionnelle, car ils permettent de satisfaire des besoins fondamentaux tels que l’eau et l’assainissement, la santé ou encore le logement.

Enfin, les investissements dans le capital humain peuvent réduire la pauvreté en ralentissant la croissance démographique rapide. Les parents disposant de niveaux de capital humain ont plus de chances d’avoir moins d’enfants et ont les moyens de leur offrir une meilleure éducation, ce qui accroît encore la productivité et atténue la pauvreté.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires