RCA: le président de la fédération d’athlétisme proteste contre la tenue prochaine de l’AG élective du CNOSCA

0
74
Bruno KONGA, président de la fédération centrafricaine d'athlétisme @crédit photo Marly Pala

Par Marly Pala

Bangui 18 octobre 2021—(Ndjoni Sango) : L’Assemblée générale élective du Comité National Olympique et Sportif Centrafricain est prévue pour le 13 novembre prochain. Après deux ans de mandat transitoire après la fin du mandat du bureau actuel depuis le mois de juillet 2019. A cela, Bruno Konga, président de la fédération centrafricaine d’athlétisme pense protester contre la tenue de cette assemblée à cause des irrégularités. Cette réaction est faite lors d’une conférence de presse tenue le dimanche 17 octobre au siège de la fédération centrafricaine d’athlétisme à Bangui.

Le Comité National Olympique et Sportif Centrafricain est l’organe suprême qui regroupe toutes les associations et fédérations sportives en République centrafricaine. Et habituellement, le bureau élu à la tête de ce comité a pour mandat 4 ans, renouvelables.

Ce pendant, le mandat du bureau actuel que dirige Gilles Gilbert Gresenguet avait pris fin depuis le mois de juillet 2019, cela totalise aujourd’hui deux ans de transition. Lors d’une Assemblée générale extraordinaire tenue le 2 octobre dernier en vue de faire le compte rendu de la participation du pays aux Jeux Olympiques de Tokyo, le président du CNOSCA a annoncé la prochaine tenue de cette Assemblée générale élective pour le 13 novembre prochain.

Ce que proteste Bruno Konga, président de la fédération centrafricaine d’athlétisme en ces termes :

« Je pense que ce nous voulons construire doit se baser sur des valeurs. Aujourd’hui, c’est le sport en général en République centrafricaine qui souffre à cause de nous, dirigeants de sport. Car, aujourd’hui, le mandat actuel est hors délai depuis deux ans. C’est un mandat universel. Je ne cesse de le dire, le mandat du bureau actuel était arrivé à terme depuis le 25 juillet 2019, ils ont organisé une assemblée générale et même les fédérations qui ont donné mandat à l’époque pour leur demander de proroger jusqu’en 2021, beaucoup n’étaient pas à jour de leurs mandats. Et dans le domaine du droit, lorsqu’on n’a pas une légitimité, on ne peut pas accorder ses suffrages dans une assemblée générale. C’est ce qui s’est passé à l’époque et nous le dénoncions. Nous demandons juste le respect des textes, selon l’article 19 des statuts du Comité Olympique stipule clairement qu’en fin de chaque mandat, il doit avoir une assemblée générale élective. Et même si on veut proroger le mandat, cela devrait durer de 3 à 6 mois maximum. Mais 2 ans font déjà la moitié d’un mandat, ce qui constitue un vide juridique et ce n’est pas normal », a-t-il rappelé.

Il a poursuivi que le président en exercice du CNOSCA a été condamné jusqu’à présent et demande qu’on apporte des preuves à la fédération de l’athlétisme que sa charge ne pèse plus sur la personne du président du CNOSCA. Sinon, ils doivent appliquer les dispositions des statuts en son article 14 alinéa 3 qui parle des pertes de qualité ou condamnation.

Cette protestation arrive quelques semaines avant la tenue de l’assemblée générale élective du CNOSCA, prévue le 13 novembre prochain à laquelle le président sortant sera aussi candidat à sa propre succession.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires