Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Centrafrique : L’élimination de la violence sexuelle, une préoccupation du CICR

IMG_0928

échange avec les journalistes/@Inès Laure N’gopot

Ndjoni-Sango (Bangui 6/06/16) : Le Comité International de la Croix Rouge (CICR) a montré sa préoccupation ce mardi 14 juin 2016 sur la question qui touche la violence sexuelle en temps de conflit.  A cet effet, le CICR a organisé une matinée d’échange avec la presse centrafricaine afin que les médias puissent sensibiliser et éduquer la population sur ce problème de viol et ses conséquences dans une société.

La violence sexuelle est un phénomène qui fait plusieurs victimes durant un conflit. Ce phénomène  a souvent des répercutions très néfastes sur une victime et voire aussi sur l’auteur. En prélude à la journée internationale de l’élimination de la violence sexuelle en temps de conflit, le CICR veut impliquer les  médias centrafricains à jouer ce rôle d’éduquer et sensibiliser l’opinion publique sur les conséquences que pourraient causées suite à un acte de violence sexuelle.

L’oratrice principale de cet échange Alicia BERTILI explique que « la violence sexuelle est un acte de nature sexuelle imposé par la force et par la coercition ». Cet acte comprend le viol, l’esclavage sexuel, la prostitution forcée et entraine souvent la grossesse forcée, la stérilisation forcée,  la contamination au VIH/SIDA, la grossesse non désirée et de fois des fissures et toute autre forme de violence sexuelle de gravité comparable.

Dans un cadre législatif international applicable, le viol et les autres formes de violences sexuelles sont totalement prohibés. C’est ce que relèvent le Droit International des Droits Humains et le Droit International Humanitaire.

L’oratrice de cette journée explique que certaines violences laissent d’énormes conséquences d’ordre physique ou psychologique sur les personnes victimes. Ces dernières ont souvent du mal à exposé leur problème par la peur ou par la honte.  » Le problème du sexe est souvent considérer comme un sujet tabou. Plusieurs personnes sont victimes de la violence sexuelle mais n’arrivent à exposer ce problème au proche ou auprès des services d’aides à ce sujet. C’est parfois  par la honte ou la peur qu’elles ne veulent pas s’exprimer.  Ces  violences sexuelles laissent toujours des traces physiques ou psychologiques sur une victime « . A-t-elle expliqué.

Le Comité International de la Croix Rouge a saisi ce moment d’échange pour  lancer des messages clés aux acteurs armés d’être un exemple à respecter l’interdiction du viol, former les troupes et prendre la mesure corrective et punitive nécessaire sur des auteurs qui commettent des actes de viol. Pour les victimes, il est urgent s’accéder aux soins de santé sous 72 heures pour le traitement VIH et 120 heures pour le traitement contraceptif.

La journée internationale pour l’élimination de la violence sexuelle en temps de conflit célébrée tous les 19 Juin d’une année est une initiative récente. Cette journée a été adoptée par  les Nations Unies le 19 juin 2015.

Inès Laure N’GOPOT

Commentaires

commentaires