Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Le CICR appelle au respect de la vie et de la dignité humaine en RCA

ob_6f9d5b_cicr-vehiculeLe Comité international de la Croix-Rouge (CICR) se dit être vivement préoccupé par l’intensification des combats entre groupes armés ainsi que par les violences inter-communautaires impliquant divers porteurs d’armes en République centrafricaine. Il appelle toutes les parties au conflit, tous les responsables de groupes armés et tous les porteurs d’armes à respecter la vie et la dignité humaines, à épargner la population civile et à faciliter une action humanitaire neutre, indépendante et impartiale.

Dans un communique du 06 novembre 2015, dont notre rédaction s’est procurée une copie, le CICR a exprimé sa préoccupation sur les violences en Centrafrique conduisant à beaucoup de pertes en vies humaines.

« Depuis fin septembre, des dizaines de personnes ont été tuées et des centaines d’autres blessées à Bangui. Plusieurs centaines d’enfants malades et de femmes enceintes n’ont pu se rendre dans une clinique ou une maternité. Des milliers de familles sont sans abri, leurs maisons ayant été incendiées et leurs moyens de subsistance détruits. La peur les accompagne jour et nuit », explique Patricia Danzi, directrice régionale du CICR pour l’Afrique.

Les confrontations entre groupes armés, Seleka et Antibalaka,  les violences inter-communautaires et la multiplication des actes criminels touchent tous les segments de la population centrafricaine. cela a également impacté sur la situation humanitaire qui se détériore inexorablement.

« Alors qu’une action de secours rapide et efficace serait nécessaire, le personnel du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge n’est pas toujours en mesure de venir en aide aux blessés et aux personnes en détresse », a déploré Patricia Danzi.

Le droit international humanitaire interdit toute attaque dirigée contre des civils ou des biens de caractère civil, comme les maisons, les écoles, les structures médicales, les ambulances, les abris communautaires ou les lieux de culte. Les personnes malades, blessées ou détenues doivent être traitées avec humanité, sans discrimination et dans le respect de leur dignité.

Les personnels de santé doivent être protégés, et le travail des volontaires de la Croix-Rouge centrafricaine, du personnel du CICR et des autres acteurs humanitaires doit être facilité en toutes circonstances.

« Quand le droit et les principes humanitaires ne sont pas respectés, quand l’accès aux blessés et aux malades est entravé, quand les familles ne peuvent pas enterrer leurs morts selon les rites funéraires propres à leur religion ou tradition, quand l’insécurité conduit à la suspension de certaines activités humanitaires pourtant essentielles, c’est la notion même d’humanité qui est bafouée », a-t-elle conclu.

Sur cet aspect du respect de droit international et humanitaire, le CICR a organisé une journée de réflexion et d’échange avec les Journalistes centrafricains.  Cette journée a permis de créer une passerelle entre le CICR et les hommes de Médias pour la vulgarisation des droits internationaux et humanitaires au sein de la population centrafricaine.

Eric NGABA

Commentaires

commentaires