Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Centrafrique: «le président Touadera est pris en otage par des escrocs qui ont déjà pillé la République» Crépin Mboli-Goumba

Crépin Mboli-Goumba, président du PATRIE@Erick Ngaba

Par Hermann LINGAGUE

Bangui 3 avril 2018 (Ndjoni Sango) : L’an 2  du président centrafricain, Faustin Archange Touadera, est synonyme de drame, d’après le président du  Parti Africain pour une Transformation Radicale et l’Intégration des Etats (PATRIE), Crépin Mboli-Ngouma. Fustigeant l’entourage du Chef de l’Etat couronné par le népotisme, la médiocrité, l’opposant politique centrafricain a déclaré à la presse que le professeur de mathématiques ne s’entourait que de gens ayant déjà démontré leur incompétence, faillite morale parce que la promotion d’aigrefins dans l’entourage présidentiel ouvrit la voie à tous les excès, la course à l’enrichissement n’en étant pas le moindre.

Le président du PATRIE a estimé que, durant les deux ans au pouvoir, Faustin Archange Touadéra s’est enfoncé dans la luire noire, sans boussole, comme attiré par les ténèbres.

« Hélas, dès les premières heures de cette mandature, des nuages annonciateurs d’orage, vinrent obscurcir le ciel bleu azur. Les toutes premières nominations indiquèrent que la mandature serait marquée du sceau du sectarisme, de la médiocrité et de la faillite morale », a relevé Crépin Mboli-Ngouma.

Une politique de terreur

Crépin Mboli-Ngoumba pense que le président Touadera mène une politique de terreur contre les opposants politiques. Le résultat de cette politique entraine un climat de défiance nuisible à la cohésion sociale qui est un des éléments essentiels à la réconciliation nationale.

« C’est le règne de la terreur, avec la mise en place d’une bande de fous furieux, dont le trait commun est l’indigence intellectuelle, dénonciateurs de coups d’Etat imaginaires, désignant les opposants au régime à la vindicte populaire », a-t-il dénoncé.

Une diplomatie de canard sans tête

Pour le président du PATRIE, la Centrafrique est comme un canard sans tête, avec un président qui fait l’impasse sur le ministère des Affaires Etrangères, méconnait les us diplomatiques ou tout simplement les règles du monde tel qu’il fonctionne et humilie tout un peuple à travers ces ratés.

« L’une des conséquences de cette diplomatie du canard sans tête, c’est le transfert temporairement définitif ou définitivement temporaire, c’est selon, du siège de la CEMAC, dont l’impact sur l’économie se fera bientôt sentir. Ou encore la perte de la vice-présidence de la BDEAC, après en avoir perdu la présidence quand il fut premier ministre de Bozizé. Oh, c’est vrai, nous avons comme lot de consolation, la direction de l’école d’hôtellerie ! », a rappelé  Crépin Mboli-Ngouma.

Il estime que la commémoration du deuxième anniversaire de l’investiture du président Touadéra doit se faire comme l’on commémore les événements tragiques. Car, pour lui, le président Touadera doit cesser de se prendre pour un charmeur de serpent, en affirmant vouloir désarmer les cœurs. Il doit, selon lui, sortir de la duplicité et jouer franc-jeu avec toutes les composantes de la nation dans cette quête de paix.

Commentaires

commentaires