Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Centrafrique: mise en garde du ministre Bokassa relative à la délivrance des passeports aux étrangers véreux

Passeport centrafricain@Eric Ngaba
Passeport centrafricain@Eric Ngaba

Passeport centrafricain@Crédit photo: Eric Ngaba

Par Eric NGABA

Bangui 7 juillet 2017 (www.ndjonisango.net): La problématique des faux documents et de la délivrance illégale des documents administratifs de la République Centrafricaine demeurent une préoccupation du gouvernement. Pour endiguer la pratique frauduleuse de la délivrance des passeports centrafricains aux étrangers véreux, le ministre de l’intérieur, de la sécurité publique, de l’administration du territoire a mis en garde les responsables des services administratifs chargés de l’octroi de ces documents.

C’est lors d’une réunion convoquée le lundi dernier au cabinet du ministère de l’administration du territoire, que le membre du gouvernement, Jean Serge Bokassa, a remonté les bretelles aux responsables des services chargés de la délivrance du passeport.

Les hauts cadres conviés à cette réunion étaient l’Inspecteur central, le Directeur Général adjoint de l’émigration et immigration, le Commissaire de l’aéroport international Bangui M’poko, le Directeur de Surveillance du territoire, et le Directeur d’exploitation de la société Africard-co. L’occasion a permis au Chef du département de mettre en garde ces hauts cadres sur la délivrance illégale des passeports aux sujets étrangers.

En effet, beaucoup de sujets étrangers possèdent illégalement le passeport centrafricain qui leur permet de se déplacer à travers le monde, selon les autorités du pays. C’est souvent au moment des contrôles, aux frontières aériennes du pays, que ces usurpateurs de passeport centrafricain sont détectés.

Selon les informations qui ressortent de cette réunion, le commissariat de police à l’aéroport détectent des étrangers qui possèdent illégalement le passeport centrafricain.

D’après les sources proches du dossier, il existe un réseau de malfaiteurs aux services de l’émigration et immigration ainsi qu’au Camp de Roux où se fait le traitement de dossiers de fond, qui alimente cette pratique.

à en croire notre source, le réseau en tant que tel n’est pas encore détecté par la hiérarchie mais le ministre de la sécurité publique a ordonné l’ouverture d’une enquête sur ces malfaiteurs qui font pourrir l’administration centrafricaine.

Il est à noter que la mise en garde du patron de la sécurité précède les sanctions dont plusieurs cadres des services de la délivrance du passeport vont écoper d’un moment à l’autre.

Commentaires

commentaires