Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Centrafrique: la ville de Bambari sous la coupe des rebelles de l’UPC

                Le leader de l’UPC avec ses éléments

Par Erick NGABA

Bangui 15 mai 2018 (Ndjoni Sango) : La ville de Bambari, située au centre de la République Centrafricaine, est assiégée depuis cet après-midi par les rebelles de l’UPC majoritairement des peuls, notamment des mercenaires qui massacrent les civiles. Ceci après des violents les opposant aux éléments de la gendarmerie nationale qui n’ont pas tenu devant l’assaut des rebelles de l’Union pour la Paix en Centrafrique (UPC).

De sources concordantes, tout était parti de l’assassinat de trois éléments de l’UPC sur l’axe Bambari-Grimari, par un groupe d’hommes armés non identifié. Cet incident s’est produit au moment où le leader de l’UPC, Ali Darass, arrivait le lundi soir dans la ville de Bambari avec ses éléments lourdement armés, de retour de la ville Bria.

Aussitôt, les éléments de l’UPC ont lancé des représailles contre la population civile de la ville. Toute la ville est assiégée par ces hommes de l’UPC qui ont occupé toutes les administrations publiques dont le Commissariat de police, la brigade de la gendarmerie, la radio locale la Voix de la Ouaka.

En début de cet après-midi, des scènes de pillages gagnent cette ville située à 385 km de Bangui. A en croire des sources indépendantes, des maisons d’habitations sont incendiés par les rebelles, malgré la présence des casques bleus de la Minusca qui n’ont rien fait pour les empêcher.

Prise pour cible, la majeure partie de la population fuit en masse pour trouver refuge à Kidigra à environ 10 Km de la ville. Pendant ce temps, d’autres habitants ont trouvé refuse à l’hôpital de la ville où travaille MSF.

« Plus de 300 personnes ont cherché refuge à l’hôpital de Bambari le soir du 14 mai 2018, après qu’un nouveau cycle de violence entre communautés s’est déclenché à Bambari. L’équipe chirurgicale de MSF a pris en charge six blessés dans la nuit, dont un a malheureusement succombé à ses blessures », indique un communiqué de MSF.

Pour l’heure, aucune réaction du gouvernement ou de la Minusca n’est encore enregistrée face au massacre de la population de Bambari. La ville de Bambari a été déclarée « ville sans armes » lors de la visite de Hervé Ladsus.

L’auteur de l’article :

Erick NGABA est ressortissant du Département des Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université de Bangui où il a obtenu sa licence professionnelle en Journalisme. Free-lance, il est le Directeur de Publication et Webmaster de ce site d’informations. Courrier : doctarngaba@gmail.com , +236 72614325

Commentaires

commentaires