La coalition Centrafrique libre exige le départ des légionnaires français

1
652
Mali-Barkhane-Ndjoni-Sango
Un soldat français de l'opération barkhane au Sahel

Par Mamadou NGAÏNAM

Bangui 23 juin 2020—(Ndjoni Sango) : Depuis quelques jours, certains  médias et réseaux sociaux soupçonnent la présence de  légionnaires français en Centrafrique. Selon les informations, ils sont plus de 500(cinq cents) bérets verts arrivés à Bangui, quand et comment l’on ne sait. C’est  ainsi que la coalition Centrafrique libre  lance  une  mobilisation pour exiger  le départ imminent de ces  légionnaires français, «  qu’on est entrain de voir sillonner dans les artères de la ville de Bangui et des provinces », d’après cette coalition.

Dans une déclaration faite ce lundi 22 juin 2020 à la presse à l’Institut national de la jeunesse et des sports(INJS), la  coalition Centrafrique libre  a présenter sa stratégie d’actions visant à dire non à la présence de cette troupe française.

La présence de ces 500 légionnaires français  inquiète  à la veille des élections selon la coalition Centrafrique libre

« Leur présence n’est pas officielle. Jusqu’alors, on est inquiété parce qu’on ne sait pas ce qu’ils sont là pour faire. Ils sont officiels, ils ne sont pas officiels, ils sont venus faire quoi ici plus de 500 légionnaires ? Nous avons un très mauvais souvenir de ces bérets verts français. Ils étaient là en 96-97 où  il ya eu des tueries. Ces des déstabilisateurs, e

t leur présence ici à Bangui nous inquiète raison pour laquelle il faut qu’ils rentrent chez eux. Ou ils n’ont qu’à intégrer la Minusca, parce que aujourd’hui la République centrafricaine, nous sommes un Etat indépendant. La France ne devrait plus nous envoyer des hommes. On veut que la France nous appuie à lever l’embargo. On est plus en état  de guerre. Le peuple centrafricain a peur  de vivre ce qui a eu lieu en Cote d’Ivoire en 2010« , déclare Heritier Doneng porte parole de ladite coalition.

La coalition compte  saisir  l’Assemblée nationale pour qu’elle interpelle  le Gouvernement ,  afin que la lumière soit faite sur cette affaire, après quoi, elle organisera une robuste mobilisation pour exiger le départ dans l’immédiat  de ces bérets verts.

« On a organisé ce point de presse pour interpeller aussi nos autorités   parce que  dans les jours à venir on va saisir l’Assemblée nationale pour qu’elle interpelle  le Gouvernement  ,notamment  la  ministre  de la défense nationale et celle des affaires étrangères  afin qu’elles nous répondent sur la présence  de ces mercenaires ici à Bangui à la veille des élections . Apres avoir obtenu leur réponse, maintenant nous allons nous mobilisés pour demander le départ imminent de ces bérets verts », ajoute le porte parole.

Pour  lui, cette action ne va pas contrecarrer l’avenir de la paix en RCA .

« Nous sommes des pacifistes, on ne va pas utiliser des armes. Nous utilisons la voie démocratique. En France il ya eu des gilets jaunes ça n’a jamais créé l’instabilité. Au  Mali il ya des gens qui manifestent  comme nous peuple centrafricain aussi on doit manifester. On ne va pas créer de trouble à l’ordre », conclut-il.

Signalons que le  gouvernement  n’a pas encore réagi officiellement sur les agitations par rapport à la présence de ces légendaires  français en Centrafrique.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Judicael Ouikon-Dongongo
2 années il y a

« On a organisé ce point de presse pour interpeller aussi nos autorités parce que dans les jours à venir on va saisir l’Assemblée nationale pour qu’elle interpelle le Gouvernement ,notamment la ministre de la défense nationale et celle des affaires étrangères afin qu’elles nous répondent sur la présence de ces mercenaires ici à Bangui à la veille des élections . Apres avoir obtenu leur réponse, maintenant nous allons nous mobilisés pour demander le départ imminent de ces bérets verts » Je suis d’avis avec vous et vous êtes sur la bonne voie. Ces criminels des africains doivent rentrer chez… Lire la suite »