RCA: à l’approche des élections, la ville de Kabo fait face à l’insécurité

0
395
centrafrique-mpc-ndjoni-sango
Mahamat Alkhatim et ses éléments

Par Cyrille YAPENDE

Bangui 24 octobre 2020—(Ndjoni Sango) : La ville de Kabo, située à 446km de Bangui, vit ces derniers temps au rythme d’insécurité totale à quelques semaines des scrutins. Cette localité de la préfecture de l’Ouham est contrôlée par le groupe armé du MPC de Mahamat Alkatim. Ce regain de violence a suscité des vives réactions des politiques, dont certains pointent d’un doigt accusateur le leader du MPC d’être à l’origine de ce chaos.   

Pendant que certaine population de la République centrafricaine se prépare  activement à aller dans les bureaux de vote pour élire le président de la République et les députés de la nation, le 27 décembre prochain, d’autres continuent de subir les bavures des forces non conventionnelles dans l’arrière-pays.

Cette recrudescence de violence dans cette ville frontalière du Tchad, risque de paralyser le bon déroulement du processus électoral à cause de la situation sécuritaire qui est toujours précaire.

A titre d’illustration, certains candidats aux élections présidentielle et législative sont victimes de ses actes belliqueux qui empêchent la libre circulation des personnes et biens.

Au début de ce mois d’octobre, le véhicule du type Toyota Land-Cruiser BG80 appartenant au Président du parti la Convention républicaine pour le progrès social (CRPS), Me Nicolas Tiangaye, a été appréhendé par les éléments rebelles du MPC. Celui-ci transportait des matériels de campagne de la candidate aux législative dudit parti dans la circonscription de Kabo.

Suite à cette tension armée qui perdure dans cette région, les Médecins sans Frontière (MSF), cette ONG a décidé de réduire pendant deux semaines ses activités à Kabo. C’est dans un communiqué publié le 16 octobre 2020, suite à un incident survenu dans la ville de Kabo que MSF a pris cette décision. Celles-ci concernent, les consultations externes, ainsi que les activités de supervision en périphérie de la Sous-préfecture de Kabo.

La goutte d’eau qui a fait déborder le vase est l’assassinat crapuleux par des hommes non identifiés, assimilés aux combattants du MPC, du Secrétaire général de la Sous-fédération du Patrie à Kabo, Célestin Ndigana, qui a été abattu froidement à son domicile dans la nuit de dimanche dernier.

Cet assassinat fait réagir le député de Kabo, Clément Nobona, qui ne cache pas sa  colère : « Célestin est un cadre du parti politique.  A l’approche des élections, les groupes armés activent  avec des assassinats, ce qui est une pression pour les acteurs du processus électoral, le gouvernement, le garant et les facilitateurs de l’APPR-RCA pour la sécurisation de ces élections », a averti l’élu de la nation, qui est aussi victime de groupe armé MPC dans cette circonscription électorale.

Cette situation fait froid au dos à moins de deux mois des scrutins avec en toile de fond, la non circulation ou bien une circulation peu sûre des différents candidats aux élections de 2020-2021 dans les zones contrôlées par les groupes armés les plus actifs.

0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments