Bangui, Sibut, Bangassou, Bambari, Kaga-Bandoro, Bouar, Bozoum…: Touadera construit des infrastructures

0
478
Touadera-construction-ndjoni-sango-CENTRAFRIQUE
Le président Touadera pose la pierre des travaux de construction de l'ISAAC@photo la renaissance

Par Erick NGABA

Bangui 10 décembre 2020—(Ndjoni Sango) : A quelques mois de la fin de son premier mandat, le président de la République centrafricaine, Faustin Archange Touadera, s’active dans les réalisations des infrastructures routières et administratives modernes. L’objectif est de doter le pays des infrastructures modernes comme il l’a promis à la population dans son programme de société. 

Les fondements de l’Etat centrafricain, notamment les infrastructures publiques et privée,, ont été massivement détruits par les crises successives qui ont secoué le pays. Les bâtiments de l’administration et les routes sont en état de délabrement avancé.

Cela a aussi entrainé la destruction de tissus économique du pays et entraîné la fracture sociale et le repli communautaire.

Arrivé au pouvoir à l’issue des élections groupées de 2015-2016, le président Touadera s’est donné comme mission la reconstruction du pays. Avec des bailleurs comme l’Union européenne, la BAD, la Banque mondiale entre autres, des projets de développement des infrastructures ont été élaborés dont leurs mises en œuvre sont visibles aujourd’hui dans le pays.

« Depuis bientôt 5 ans, jour après jour, pierre sur pierre, nous avons, grâce au dialogue et à l’implication de toutes les filles et tous les fils du pays, entamé le processus de retour à la paix, à la sécurité, de la restauration de l’autorité de l’Etat, de la réconciliation nationale et du vivre ensemble », a souligné le Chef de l’Etat centrafricain.

Par ailleurs, le président de la République a engagé la réalisation des infrastructures de formation professionnelle et de reconversion, d’instruction et d’entraînement ainsi que la construction d’une base logistique de l’armée nationale. Cette réalisation a permis la reprise des recrutements et formations des soldats et  Sous-officiers de l’armée nationale.

« Nous devons continuer à travailler pour que notre pays retrouve sa tranquillité d’antan », a-t-il martelé dans son discours le 7 décembre dernier à Bozoum.

Aujourd’hui, le pays bénéficie de plusieurs projets. Les investisseurs internationaux se penchent vers la RCA, pays qui possède une grande potentialité d’affaire. C’est aussi grâce aux dialogues engagés pour permettre au pays d’obtenir une paix durable.

« Je tiens à rappeler que beaucoup d’efforts ont été faits dans plusieurs domaines pour ramener la paix, la cohésion sociale, bref, le relèvement socio-économique de notre pays. C’est justement pour atteindre cet objectif de paix que le gouvernement a négocié, sous l’égide de la communauté internationale, l’Accord politique pour la paix et la réconciliation qui a été signé à Bangui, le 6 février 2019. Cet Accord, je dois le mentionner, apporte une solution importante à la relance de l’agriculture et de l’élevage, en ce qu’il prend en compte les aspects sécuritaires transitoires », a-t-il rappelé.

Durant bientôt 5 ans, le pays connait des avancées dans le domaine de la construction des infrastructures. Mais toutefois, beaucoup reste à faire. Car, la RCA souffre cruellement des problèmes d’infrastructures routières, énergétiques, technologiques et sanitaires.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires