RCA: l’imbroglio diplomatique des Nations Unies

0
112
Mankeur Ndiaye, Chef de la Minusca et Repésentant Spécial du Secrétaire Général de l'ONU en Centrafrique@photo twitter Minusca
Mankeur Ndiaye, Chef de la Minusca et Repésentant Spécial du Secrétaire Général de l'ONU en Centrafrique@photo twitter Minusca

Par Mamadou NGAINAM

Bangui 15 avril 2021— (Ndjoni Sango) : La relation diplomatique des Nations-Unies en Centrafrique à travers la Minusca, n’est pas aujourd’gui au beau fixe dans ce pays. Les observateurs et les medias de Centrafrique, ont toujours dénoncé l’attitude jugée belliqueuse de la Minusca qui ne remplit pas pleinement sa mission.

La RCA en proie à des violences politico-militaires depuis plusieurs années, espérait que la contribution de la Minusca dans le cadre de la restauration de l’autorité de l’Etat, la reprise des activités économiques, la réforme des Forces Armées Centrafricaines, contribueraient à la stabilisation de ce pays qui doit passer nécessairement, par l’arrêt des violences, des violations graves des droits humains etc…

Malheureusement, en dépit des mandats forts que les Nations-Unies ont donnés à la Minusca, cette organisation onusienne, n’arrive pas à être à la hauteur des attentes du peuple Centrafricain. Si aujourd’hui, un sentiment anti-Minusca se développe et se propage dans le pays, cela n’est que l’expression d’un ras-bol de la population qui n’a cessé de décrier et de dénoncer, les dérives graves de certains contingents sans scrupule se livrant à des activités économiques, complicité avec les groupes armés.

Ces leaders des groupes rebelles et leurs combattants pour la plupart des étrangers, ont mis le pays à coupe réglée depuis belle lurette. Or, la Minusca avec des gros moyens, pouvait bien neutraliser ces derniers afin que les FACA appuyés, puissent pacifier le pays. Malheureusement, la Minusca a préféré laisser faire.

Avec le niveau de la recrudescence des violences à l’intérieur du pays, elle est profondément interpelée. Nu t’été l’intervention des forces alliés, les choses allaient, être plus dures pour le régime en place. Fort de ce qui précède, il faut noter que, l’écart de point de vue entre le secrétaire général de l’ONU et son représentant en Centrafrique, prouve à suffisance que, certains partenaires censés venir en RCA pour nous aider, ne sont pas assez sincères pour nous amener à sortir de cette crise.

C’est pourquoi, nous pensons que, nos dirigeants, fassent preuve de maturité politique en plaçant au centre de leurs actions, l’intérêt du peuple, qu’ils développent un sens aigu du patriotisme et de volonté politique, susceptibles de régler de manière durable, la crise Centrafricaine. Mieux vaut compter sur nos propres efforts d’abord, avant de compter sur les autres.

Beaucoup d’exemples, méritent d’être copiés dans la sous-région, tel est le cas de la République Démocratique du Congo (RDC). A l’ère où chaque pays doit assumer sa responsabilité, il n’est plus question de laisser son sort, entre les mains des autres.

Notre armée est en train de prouver en ce moment qu’elle pourra défendre l’intégralité de notre territoire, protéger les biens et les personnes, pourvu que, l’embargo soit définitivement levé pour que, nos autorités dotent les FACA, en matériels adéquats pour notre défense.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments