RCA: l’urgence de sauver les habitants de Zangba pris en otage par les rebelles de CPC

0
291
Ali-ndarrass-ndjoni-sango-centrafrique
Le chef rebelle de l'UPC Ali Ndarassa et ses élements

Par Cyrille YAPENDE

Bangui 12 mai 2021—(Ndjoni Sango) : La ville de Zangba, l’une des sous-préfectures de la Basse-kotto a été envahie depuis plus de deux semaines par plus de 3000 combattants rebelles de la CPC qui sèment la désolation au sein de la population civile. Face aux multiples cas d’exactions de ses forces négatives, les habitants de ladite ville tirent la sonnette d’alarme et appelle le gouvernement à déployer les forces loyalistes et leurs alliés pour les protéger.

Certains ont traversé la rivière pour se refugier du côté de la République Démocratique du Congo et d’autres ont décidé de prendre la clé de la brousse pour se mettre à l’abri des multiples exactions des éléments de l’UPC d’Ali Darassa, membre de la rébellion CPC de François Bozizé.

Ces rebelles qui ont pris fuite devant l’avancée des forces loyalistes, appuyées par les forces alliées russes et rwandaises dans certaines villes dont Mobaye, Kembé, Alindao et GboKologbo, ont fait leur irruption dans la ville Zangba.

Depuis l’irruption de ses rebelles au début de ce mois de mai dans cette ville située à 45km de Mobaye, tous les indicateurs sont en rouge. Les scènes de pillages, vols et braquages sont devenues le pain quotidien de cette paisible population qui ne sait pas à quel saint se vouer.

Joint au téléphone, Jérémie Ngokiri Ndoro II, député sortant de Zangba appelle les autorités du pays à sauver la population de cette circonscription prise en otage par des  combattants rebelles de l’UPC.

« Depuis plus de deux semaines, les habitants de ma circonscription sont pris en otage par les éléments de Ali Darassa, le sulfureux chef de guerre du groupe armé l’UPC.  Les forces loyalistes et leurs alliés russes et rwandais qui sont présentement à Mobaye doivent intervenir pour arrêter cette hémorragie. Pour neutraliser rapidement ses assaillants, il faut un appui aérien suivi de ratissage », a-t-il précisé.

« L’élection législative du second tour de partielle risque d’être hypothéquée »

Pendant que la campagne électorale du second tour de législative partielle va démarrer ce samedi 15 mai 2021 dans certaines circonscriptions électorales dont Zangba, les deux candidats en ballotages sont empêchés par les rebelles d’aller battre campagne.

« Les rebelles ont décidé de défier le gouvernement et la Minusca qui ont annoncé le plan de la sécurisation des restes du processus électoral. Il est temps que les forces conjointes (FACA-Minusca) soient déployées rapidement dans cette localité pour sécuriser cette élection et protéger la population civile »,  a clamé le député sortant de Zangba qui malgré la situation incertaine décide de se rendre là bas avec tous les risques possibles.

La prise de la ville de Zangba par les rebelles de la CPC paralyse les activités administratives et commerciales. Les autorités locales recherchées par ces BANDITS ont décidé de traverser la rivière pour se refugier à Mobaye, la préfecture de la Basse-Kotto.

5 1 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments