RCA : 727.000 déplacés à cause des violences armées, selon OCHA

0
178
Centrafrique-OCHA-Ndjoni-Sango
Les déplacés de Yumbi pour illustration

Par Cyrille YAPENDE

Bangui 9 juillet 2021—(Ndjoni Sango) : La Coordonnatrice humanitaire pour la République centrafricaine, Denise Brown, a condamné fermement les violences armées accompagnées de graves violations du droit international qui ont causé au moins deux morts civils, le déplacement des milliers de Centrafricains. Cette condamnation a été publiée ce mardi 6 juin dans un communiqué.

« Des violences armées cycliques impactent gravement des milliers de personnes à Alindao », tel est l’angle d’attaque de ce communiqué publié par OCHA, qui condamne les cas des violences armées et graves violations du droit international humanitaire en Centrafrique, qui ont fait des victimes et blessé un agent humanitaire et entraîné la réduction significative de l’assistance humanitaire à Alindao dans le sud du pays.

Dans ce communiqué, la coordonnatrice a relevé que depuis une semaine, l’insécurité croissante empêche toute assistance aux personnes affectées par cette nouvelle violence.

« Depuis une semaine, la vie de milliers de civils est en danger imminent à cause des violences armées répétitives à Alindao où certains groupes de la population ont été particulièrement ciblés. Ces personnes qui vivent au jour le jour, sont désormais coupées de leurs petites sources de revenus, la nourriture se fait de plus en plus rare. Elles vivent dans la peur et le traumatisme », s’inquiète la Coordinatrice humanitaire.

Dans cette note, la coordination humanitaire en RCA, a précisé que des déplacements importants ont été enregistrés vers l’Hôpital du district, les sites de personnes déplacées existant, les bases de la MINUSCA et les villages environnant.

A cause de l’insécurité persistante, l’assistance en ville et sur les axes a été significativement réduite à l’exception des services de santé et de fourniture d’eau potable.

Des incendies de maisons et pillages de biens de la population déjà meurtrie par des années de conflit, ont également été enregistrés, ainsi que des tentatives d’incursion dans les bases des humanitaires.

« Toutes les parties au conflit doivent arrêter toute violence contre les civils, les infrastructures civiles, les acteurs humanitaires et respecter le droit international humanitaire », a déclaré Mme Denise Brown.

Par ailleurs, la responsable de la coordination des humanitaires en Centrafrique, rappelle que chaque mois, les humanitaires fournissent une assistance multisectorielle à des milliers de personnes vulnérables dans la Préfecture de la Basse-Kotto. Pour elle, cette capacité est désormais affectée par la relocalisation de 86 travailleurs humanitaires.

L’insécurité alimentaire à Alindao est dans la phase sévère. Plus de 266. 000 personnes ont besoin d’assistance humanitaire dans la région, faisant de la Basse-Kotto la quatrième préfecture avec le plus grand nombre de personnes en besoin en 2021.

A cause de la flambée de violence déclenchée depuis la mi-décembre 2020, OCHA note que 727. 000 personnes sont actuellement déplacées dans le pays, niveau jamais atteint depuis 2014.

Cette violence a exponentiellement augmenté les besoins humanitaires qui dépassaient déjà largement les capacités existantes. 2,8 millions de personnes – 57% de la population – ont besoin d’aide humanitaire et de protection. 1,9 million d’entre elles ne survivraient pas en l’absence de l’assistance nécessaire.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires