RCA : le ministre de la justice a rassuré les députés que les résultats des enquêtes ne sont pas encore rendues publiques

0
82
Arnaud Djoubaye Abazene, ministre d'état à la justice

Saint-Cyr GBEGBE-NGAINA  

Bangui 21 Octobre 2021—(Ndjoni Sango) : Quelques semaines déjà après la publication du rapport préliminaire de la Commission d’enquête spéciale sur des supposées violations des droits de l’Homme par les FACA et leurs alliés russes rendu public par le ministre d’Etat à la Justice, Dr Arnaud Djoubaye Abazène sur les médias occidentaux, des réactions continuent d’être enregistrées. Les élus de la nation ne sont pas restés en marge et veulent voir clair dans cette affaire. C’est pourquoi le ministre d’Etat à la Justice, Arnaud Djoubaye Abazène était dans la matinée du mercredi 20 octobre 2021 à l’hémicycle de l’Assemblée nationale face aux élus de la nation afin répondre de manière précise aux questions des députés.

En rappel, le gouvernement centrafricain a mis en place une Commission nationale d’enquête spéciale afin de faire la lumière sur les prétendus exactions des FACA et leurs alliés. Le 2 octobre dernier, le ministre d’Etat à la Justice, Arnaud Djoubaye Abazène a rendu public un rapport préliminaire.

Ce document a été mal interprété par les médias occidentaux, et mal apprécié par bon nombre des Centrafricains. Pour ce faire, l’Assemblée nationale veut mettre fin à toutes ces tergiversations qui proviennent de l’extérieur dans le but d’instrumentaliser la crise centrafricaine.

Au cours des débats, plusieurs interrogations ont été soulevées. Les députés sont allés loin jusqu’à demander même la démission du ministre d’Etat à la Justice suite aux commentaires font par des médias occidentaux, notamment RFI, France 24, la chaine américaine CNN et autres.

Par contre, plusieurs autres élus de la nation ont apprécié à leur juste valeur le travail remarquable des Forces de Défense et de Sécurité, appuyées par leurs alliés Russes sur le terrain.

En réponse, le ministre d’Etat à la Justice, Arnaud Djoubaye Abazène a rassuré les élus de la nation que les résultats des enquêtes ne sont pas encore rendues publiques.

«Les députés de la nation qui ont représenté le peuple, ont exprimé leurs préoccupations. Et évidemment, il y a eu le relais de la presse qui a interprété de manière erronée la synthèse, tronquée le contenu. C’est une occasion pour nous de recadrer les choses qu’il s’agisse de dénonciations qui seront examinés par les Officiers de Police Judiciaire. Et le moment venu, nous y reviendrons pour éclairer l’opinion nationale et internationale», a-t-il signifié.

Et le membre de gouvernement d’éclair la lanterne des élus et du peuple centrafricain.

«Pour les cas de crimes perpétrés par la CPC, les crimes les plus graves, les juridictions pénales du pays sont déjà saisies, notamment, la Cour Criminelle. Le mois prochain, nous allons organiser la session criminelle. Les auteurs, les complices, les auteurs intellectuels, ceux qui sont en dehors du pays, ceux qui sont sur le terrain, ceux qui sont arrêtés, seront traqués, jugés et condamnés conformément à la loi».

Pour conclure, le ministre d’Etat à la Justice a fait savoir que ce rapport préliminaire est un document judiciaire et cela ne pourra pas être mis à la disposition de quiconque. C’est couvert par le sceau du secret, ceux des organes judiciaires auront à traiter conformément à la législation en vigueur.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires