RCA: les députés adoptent avec amendement la loi portant création de l’ACDA et de l’ICRA

0
145
Vote au parlement @crédit photo Cyrille Yapendé

 Par Cyrille YAPENDE

Bangui 31 décembre 2021—(Ndjoni Sango) : Les députés de la nation ont examiné et adopté avec amendements le 28 décembre 2021, les deux projets portant création de l’Agence Centrafricaine de Développement (ACDA) et l’Institut Centrafricain de la Recherche Agronomique (ICRA. Lesdits projets approuvés par acclamation ont été défendus par le ministre de l’Agriculture et du Développement Rural, Rokosse Kamot.

Défendu en plénière par le gouvernement, via son ministre de l’agriculture et du développement rural, les deux projets ont été approuvées avec amendements par les élus de la nation. Les deux lois visent la création et la régularisation de l’Agence Centrafricaine de Développement, régie par l’ordonnance n° 93.004 du 20 avril 1993 devenue obsolète et celle de l’Institut Centrafricain de la Recherche Agronomique, régie également par la même ordonnance précitée.

Elles permettent à ces deux établissements publics à caractère administratif de se conformer aux exigences de la loi n° 20.004 du 13 janvier 2020, relative à l’organisation du cadre institutionnel, juridique et financier applicable aux entreprises et établissements publics.

Ce sont là des documents qui permettent aussi à l’ACDA et l’ICRA  de disposer d’un outil juridique susceptible d’améliorer les conditions socio-économiques de vie en milieu rural par la promotion de la production et la productivité des exploitations agricoles, la restauration des mouvements coopératifs, la promotion du crédit rural, l’émergence du secteur privé, ainsi que le développement des infrastructures et équipements ruraux.

Or, pendant le débat en plénière, les députés de la nation ont unanimement souligné l’importance du secteur agropastoral dans l’économie centrafricaine.  Ils déplorent aussi que l’aliment-base est devenu aussi une denrée rare.

En outre, d’autres préoccupations ont été axées sur le bilan, doit-on tiré de l’ACDA et l’ICRA depuis leur création il y a plus de deux décennies ? Quel est le plus-valu de la création de ces agences ? A quand la politique d’orientation du secteur agricole ou encore, pourquoi ne pas renouer avec les  anciennes pratiques de la culture de la terre ?

Devant ces multiples questions des députés, le membre du gouvernement s’est réjoui du fait qu’un consensus s’est dégagé autour du problème de l’agriculture qui est essentielle avant de spécifier que « l’agriculture centrafricaine s’est spécialisée dans la culture de rente. Les projets de loi portant création de l’ACDA et l’ICRA visent à leur permettre d’être autonomes », a-t-il répondu aux élus de la nation avant de les solliciter à un plaidoyer pour l’intégration de 400 jeunes diplômés en vue d’apporter de l’aide aux paysans.

Par ailleurs, le ministre de l’Agriculture et du Développement rural a reconnu qu’une iniquité dans la répartition spatiale des organisations non gouvernementales en Centrafrique et que celles-ci consacre 67%  de leur budget au fonctionnement. « Il faut que le privé intervienne dans l’agriculture par la création des sociétés de coopératives, lesquelles sociétés peuvent bénéficier des prêts bancaires », a-t-il conclu.

Persuadés des propositions faites par le gouvernement, les élus de la nation ont adopté avec amendements, ces deux lois qui permettront aux autorités du pays de relancer la politique agricoles longtemps freinée.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires