RCA: la France use de toutes les méthodes pour déstabiliser le régime de Touadera

0
163
Centrafrique-Bangui-Ndjoni-Sango
Vue partielle de la capitale centrafricaine, Bangui @photo Diaspora

Par Basta Balouwa

Bangui 5 août 2022 – (Ndjoni Sango) : En Centrafrique, la France est connue pour son rôle trouble en étant l’initiateur et auteur du renversement de plusieurs présidents libres qui ne sont ses marionnettes. Depuis la création de la République centrafricaine, la France a organisé plusieurs coups d’Etat qui ont pour conséquence la souffrance du peuple et le sous-développement du pays.

Pour mémoire, la France a planifié et exécuté la disparition tragique et prématurée du père de la nation B. Boganda pour placer leur marionnette David Dacko dès le lendemain des indépendances. Lorsque David Dacko commence à détester la politique française, les autorités françaises ont donné la bénédiction à l’empereur Jean Bedel Bokassa de le renverser.

L’empereur Bokassa qui a le souci du développement de son pays, a très vite tourné le dos à la France qui l’a installé au pouvoir en ouvrant la RCA à tous les autres pays du monde, cette même France a déployé ses propres soldats parachutistes pour faire un coup d’Etat appelé « opération barracuda » pour ramener de nouveau David Dacko. Lors de cette opération, tous les fondements de la République centrafricaine ont été détruits par la France. C’est là où est partie la descente aux enfers de la RCA appelée entre-temps Suisse d’Afrique.

Après avoir percé David Dacko comme du citron, cette même France a fait venir le général d’armés André Kolingba en remplacement l’ancien président toujours dans un coup d’Etat. Après cette période sombre teintée de coup d’Etat à répétition soutenu par la France, un vent de démocratie a soufflé sur la République centrafricaine avec l’élection démocratique de l’ingénieur Agronome Ange Felix Patassé qui remplace le président Kolingba.

Le président Patassé qui s’est débarrassé complètement de la politique française, n’a pas eu le temps nécessaire pour développer son pays, car la France a utilisé tous les moyens possibles pour mettre les battants dans son roux. C’est ainsi que la France qui a gobé très mal le président Patassé a financé et appuyé la rébellion du général François Bozizé jusqu’au renversement du régime démocratique.

Après plus de 10 ans au pouvoir, Bozizé trahira ensuite la France en donnant le pétrole centrafricain aux chinois. C’est ainsi que la France a financé la rébellion séléka de Michel Djotodja en mettant à sa disposition plusieurs mercenaires étrangers venus du Tchad, Soudan, Niger, Lybie et autres. Le président Bozizé a demandé à cette époque à la France d’intervenir pour stopper le chaos en RCA, mais la réponse des autorités françaises est que la « France est en RCA pour ses intérêts ».

Cette réponse des autorités françaises a permis aux mercenaires de mettre le pays en lambeau. La France pour sauver sa face devant les exactions de la séléka, fait partir Michel Djotodia pour installer Catherine Samba-Panza puis aujourd’hui Faustin Archange Touadera.

A partir de cette genèse, on voit clairement que la France est l’origine de la souffrance du peuple centrafricain depuis plusieurs décennies.

Aujourd’hui, grâce à la clairvoyance et le patriotisme du président Touadéra, la République centrafricaine commence de retrouver la quiétude et la stabilité grâce à l’appui de la fédération de Russie qui a décidé d’aider la RCA à sortir du joug colonial. La France mécontente de la stabilité de la RCA, use de toutes les sales méthodes pour maintenir son influence négative sur la République centrafricaine.

Pour ce faire, la France est en train de mener des opérations politique, diplomatique et militaire pour déstabiliser non seulement la République centrafricaine mais aussi le président Touadéra afin d’installer un président de transition qui sera manipulable pour l’intérêt propre des français. La France est à la manœuvre en finançant les opposants notamment Anicet Gorge Dologuélé du parti URCA, Martin Ziguele de MLPC, Karim Méckassoua de chemin de l’espérance, Crépin Mbolimgouba de PARTIE, Nicolas Tiangaye de CRPS, et François Bozizé. Cette France diabolique s’immisce aussi dans les affaires intérieures du pays et met la pression sur les partenaires africains de la RCA de ne pas soutenir la vraie politique menée par le président Touadéra.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires