Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

RCA: le rôle ambigu de la Minusca dans les violences armées à Birao

Par Erick NGABA

Les Casques bleus onusiens en caricature

EDITORIAL

Bangui 17 février 2020—(Ndjoni Sango): La population centrafricaine ne cesse de le dire, la Minusca ne pourra jamais stabiliser la République centrafricaine, si ce n’est les Forces armées centrafricaines (FACA). Le pays qui est en train de sortir des périodes de cycle de violences armées, grâce aux élections du 2016, et l’accord de paix du 6 février 2019, continue d’enregistrer des cas d’affrontements armés dans certaines zones du pays, impliquant la complicité de la Mission onusienne.

Les violences armées à Bria et à Birao, zone nord-est de la RCA, laissent à réfléchir sur la présence de la Mission onusienne dans le pays. Depuis jeudi dernier, les groupes armés FPRC et la coalition MLCJ/RPRC/PRNC s’affrontement sous la passivité des casques bleus équipés de tous les moyens possibles pour atténuer cette situation.

Si ce n’est de contribuer à la complexité du conflit, d’entretenir l’instabilité dans le pays à travers la distribution des armes aux groupes armés, et de se servir des communiqués pour condamner sans pour autant agir, la Minusca n’a aucun rôle à jouer en RCA.

L’incompatibilité de son mandat à la crise centrafricaine fait de la Minusca une mission du tourisme onusien en République centrafricaine. Cette Mission excelle dans la passivité, la partialité, les viols, si bien qu’elle n’arrive pas à gagner la confiance de la population centrafricaine.

La protection des civils dont chante la Minusca n’est qu’un motif pour justifier sa présence. Comment expliquer les nombres importants des déplacements massifs des civils s’il y a vraiment la protection.

C’est comme à Birao où les affrontements font rage sous l’œil impuissant de la Minusca qui devrait stopper ces hostilités afin d’épargner la vie des civils qui en font les frais. Depuis le déclenchement de ces hostilités entre le FPRC et le MLCJ, la Minusca n’a fait que condamner à travers des communiqués.