Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Centrafrique : le Candidat Faustin Archange Touadera a une armada de soutien derrière lui

10649763_1700250213524579_2977406577855033666_n

Armada de soutien des candidats à la présidentielle 

Ndjoni-Sango (Bangui 04/02/16) : En prélude au second tour du double scrutin en République centrafricaine, les alliances politiques et les soutiens fusent. Une vingtaine de trente candidats à l’élection présidentielle au premier tour s’aligne derrière le candidat indépendant Faustin Archange Touadera, arrivé en deuxième position du second tour du scrutin avec 19, 05% des voix contre 19,74% des voix d’Anicet Georges Dologuelé, candidat de l’Union pour le Renouveau Centrafricain (URCA).

Presque tous les candidats à la présidentielle de 2015-2016 se sont allignés derrière la candidature du professeur Faustin Archange Touadera pour le second tour du scrutin qui aura lieu le 14 février 2016. Les derniers à compléter la liste d’allégeance électorale, ce sont les candidats de l’Alliance des Forces Démocratiques pour la Transition. Cette plateforme politique regroupe les partis politiques le MLPC, le RDC, le CRPS, ASD, MDS, et l’UDCA. Le MLPC de Martin Ziguélé arrivé 4e à l’issue de ses élections accorde son soutien au candidat Faustin Archange Touadera. C’est la conclusion du Bureau politique du MLPC qui a abouti à ce ralliement au candidat indépendant Faustin Archange Touadera.

La prise de position du MLPC répond à la demande du candidat qui a fait des pieds et des mains pour obtenir du MLPC cet accord de principe découlant de l’analyse du Bureau politique, s’en suivra la signature d’accord électoral. Il faut tout de même remarquer qu’au sein de ce parti, il y a une tendance même si elle ne s’affirme pas, est loin de s’inscrire dans le jeu d’alliance et prône un combat en solo.

En fin, la sanction et la mise à l’écart politique de Touadera par son ancien parti le KNK où il était le deuxième Vice-Président, milite en sa faveur et fait de lui quelqu’un de soutenable par défaut.

Eric NGABA

Commentaires

commentaires