«Je ne demande qu'une chose aux Centrafricains: Arrêtez ces tueries » dixit Martin Ziguelé

0
10709
Martin Ziguelé, président du MLPC /@Eric Ngaba
Marin Ziguelé, président du MLPC /@Eric Ngaba
Martin Ziguelé, président du MLPC /@Eric Ngaba

Les évènements regrettables qui se produisent en République centrafricaine ces derniers temps, interpellent les leaders politiques centrafricains. C’est au tour du président du Mouvement de Libération du Peuple centrafricain (MLPC), Matin Ziguelé de se prononcer sur la recrudescence de violence dans la capitale centrafricaine.

Les Depuis plus d’une semaine, la ville de Bangui la capitale centrafricaine a renoué avec le cycle des violences, des tueries, des assassinats gratuits, des cycles de destruction des biens publics et privés,  et d’incendies des maisons. Les Centrafricains se retrouvent encore au creux de la vague de violences et des communautés alors que pour le Martin Ziguelé, les Centrafricains de toute obédience sont tous des filles et des fils de ce pays. Il déplore cette situation conduisant au pleur, au versement de sang, à la perte en vie humaine, l’assombrissement de l’avenir, et à la perturbation des activités scolaires.

« Je ne demande qu’une seule chose aux Centrafricains : arrêtez ces tueries. Il n’y a rien qui puisse justifier la poursuite de cette politique de haine. Je demande également aux forces internationales qui vivent avec nous ce qui se passe, de se doter des moyens si c’est un problème de moyens; de se doter des moyens politiques, militaires et sécuritaires pour arrêter la descente aux enfers de ce pays » a martelé Martin Ziguelé.

Il dénonce, par ailleurs, que chaque fois c’est la même chose, on a découvert un corps, un a été tué, puis on tue l’autre, puis on tue un autre encore, puis on brûle des maisons, puis on assassine des jeunes, puis on tue des femmes, puis on tue des enfant. Et chaque fois que nous pensons que l’accalmie est revenue, poursuit-il, au moindre incident, les choses repartent.

«J’appelle nos compatriotes à se ressaisir. J’appelle tous ceux savent ou qui se sentent filles et fils de ce pays, dans leur âme, d’arrêter immédiatement cette boucherie humaine. Regardez autour de nous, les gens ne parlent que de construction de routes, d’aéroports, de ports, d’usines, de relance de l’agriculture, d’emploi des jeunes; on ne parle d’investissement qu’en milliards de dollars. Et lorsqu’on arrive à la République Centrafricaine, c’est le nombre de mort qu’on compte » s’indigne le président du MLPC avant de se poser quelques questions « Pourquoi nous nous entre-tuons? Hier, c’était la lutte pour le pouvoir, avant-hier c’était parce que tel a provoqué tel autre, mais aujourd’hui, pourquoi les Centrafricains s’entre-tuent-ils? »

Pour Martin Ziguelé, les Centrafricains ont trop souffert, et sont trop en arrière sur tous les plans mais il faut qu’il y ait des couloirs humanitaires qui permettent aux Centrafricains qui sont enfermés dans leurs quartiers respectifs de sortir, de regarder le spectacle de ce qui se passe dans ce pays, de se ravitailler, de permettre aux enfants d’aller à l’école.

« Arrêtons de nous regarder comme des ennemis. Il n’y a personne qui peut avoir raison quand quelqu’un est mort mais nous avons tous tords parce que nous sommes les auteurs de notre propre descente aux enfers » a-t-il conclu.

Eric NGABA

 

avatar
  S’abonner  
Notifier de