Centrafrique : la célébration de la journée mondiale de l’aide humanitaire dans un contexte particulier

0
10781

 

Image1
Célébration de la journée à l’Omnisports /@Eric Ngaba

Ndjoni-Sango (Bangui 20/08/16) :
 Par Eric NGABA

La République centrafricaine, à l’instar des autres pays du monde, a célébré le 19 août 2016 la journée internationale de l’aide humanitaire sous le thème : « Une humanité : agissons ensemble pour sauver des vies. C’est l’occasion  pour les centrafricains de de découvrir les progrès qui ont été réalisés par les humanitaires pour sauver des millions de vies grâce au sacrifice, au dévouement et au courage des travailleurs humanitaires nationaux et internationaux.

C’est dans un contexte particulier au moment où l’Etat centrafricain demeure encore fragile pour répondre aux besoins de la population affectée par une crise humanitaire sans précédente depuis 2013, que cette journée est célébrée dans le pays. L’intervention des ONG nationales et internationales a permis d’apporter de l’aide d’urgence aux millions de personnes démunies depuis le début de la crise.

La célébration de cette journée est marquée par les conférences débats, les expositions des articles et vivres et des jeux concours organisés par la famille humanitaire.  Cette célébration a connu la présence de la ministre centrafricaine des affaires sociales et de la réconciliation, Virginie Baikoua, du coordonnateur de l’                OCHA, ainsi que des cadres et représentants des ONGs nationales et internationales.

Aujourd’hui, les défis de la réponse aux besoins des personnes vulnérables sont énormes, en dépit de l’aide fournie par les humanitaires. Le gouvernement centrafricain est confronté à de nombreuses difficultés à faire face aux revendications des personnes affectées par la crise. Environ 2 millions de personnes sont encore dans le besoin d’assistance humanitaire en Centrafrique, selon OCHA. 380000 personnes déplacées et 470000 réfugiés (chiffres d’OCHA) vivent pour la plupart dans des conditions précaires et ne peuvent pas rentrer chez eux parce qu’ils ont peur ou n’ont pas de quoi survivre

En mois de mai dernier, des dirigeants du monde entier ont adopté au premier sommeil mondial de l’humanitaire à Istanbul en Turquie, le programme d’action pour l’humanité. La conclusion fondamentale qui en est issue est que la responsabilité d’aider les populations n’incombe pas seulement aux organisations humanitaires mais également aux dirigeants politiques. Il en est également ressorti que l’assistance humanitaire serait beaucoup plus efficace si les causes profondes de la pauvreté et des conflits sont prises en compte.

Il est du devoir des partenaires et des dirigeants politiques de mettre en pratique ce programme en continuant à se mobiliser pour la population centrafricaine affectée par la crise et en recherchant des solutions durables. La réponse aux besoins humanitaires doit se faire dans une optique durable, en développant la cohérence et la synergie entre leurs efforts mutuels.

En engageant avec la population locale, en mettant le renforcement des capacités locales au centre des activités des humanitaires, les partenaires et les dirigeants multiplient la chance de réussite. A cet effet, les ONG doivent dépasser le cloisonnement humanitaire et adapter leurs interventions afin de soutenir de manière appropriée le gouvernement sur la voie de la reconstruction et de croissance économique.

Mais ce développement ne sera possible qu’avec la fin des conflits et l’établissement d’un Etat de droit. Pour cela, les violences, les atteintes aux droits de l’homme, l’exclusion, la discrimination et l’injustice qui sont les causes et conséquences du conflit doivent s’arrêter. En cela, le premier pas vers la tolérance et la réconciliation en Centrafrique est que les centrafricains puissent se souvenir du thème de cette journée mondiale de l’aide humanitaire qui est : « Une humanité, agissons ensemble pour sauver des vies ».

La célébration de cette journée a été aussi l’occasion pour les acteurs humanitaires de souligner les difficultés ils se confrontent au cours de leurs mission. D’après le coordonnateur humanitaire en Centrafrique, Fabrizio Hochschild, les dangers sont énormes.

 » C’est avec désolation et révolte que j’ai appris lors de ma prise de fonction que 20 travailleurs humanitaires ont perdu la vie depuis le début de la crise. Je tiens à présenter mes condoléances aux membres de leur famille et à rendre hommage à leurs collègues et organisations, qui, malgré ce lourd tribut, ont continué à fournir une assistance vitale aux populations « .

Fabrizio Hochschild a ajouté par ailleurs que :  » depuis le début de l’année, 168 incidents de l’insécurité ont été enregistrés à l’endroit des humanitaires sur toute l’étendue du territoire national. 20 travailleurs humanitaires ont perdu la vie. A cela s’ajoute des millions de personnes qui subissent les conséquences de ces crimes, et qu’à chaque attaque contre un humanitaire, c’est l’humanité qui est touchée « .

Il a rappelé les quatre principes humanitaires fondamentaux qui régissent les ONGs :

L’Humanité : la souffrance humaine doit être préservée partout où on la rencontre. L’objectif de l’action humanitaire est de protéger les vies et la santé ainsi que de garantir le respect des êtres humains ;

L’Impartialité : l’action humanitaire doit être menée sur la seule base des besoins, en donnant la priorité aux cas de vulnérabilité les plus urgents, sans distinction de nationalité, d’origine ethnique, de genre, de croyance religieuse, de classe ou d’opinion politique ;

La Neutralité : les acteurs humanitaires ne doivent pas prendre parti lors d’hostilités ou s’engager dans des controverses de nature politique, ethnique, religieuse ou idéologique ;

L’Indépendance : l’action  humanitaire ne doit pas subir d’influence et doit être autonome des objectifs politiques, économiques, militaires ou autres que tout acteur peut adopter dans des zones où une action humanitaire est en cours. Cette indépendance se reflète notamment dans le mode de financement des organisations humanitaires.

Copyright: Ndjoni-Sango !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires