RCA: violent combat à OBO opposant les FACA à l’UPC, le préfet du Haut-Mbomou interpelle le gouvernement

0
1737
Centrafrique-FACA-Ndjoni-Sango
Les éléments des FACA en fin de formation par les Instructeurs russes à Béréngo

Par Cyrille YAPENDE

Bangui 20 Mai 2020—(Ndjoni Sango): Après une trêve de deux jours suite aux attaques des éléments de l’UPC sur la position des FACA dans la ville d’OBO, les combats ont repris très tôt le mercredi 19 mai, aux alentours de ladite ville qui risquerait bien de tomber entre les mains des forces non conventionnelles. Le Préfet du Haut Mbomou, le Commandant Judes Ngayoko, sur les ondes de nos confrères de Ndéké Luka ce matin, a demandé aux autorités de Bangui d’envoyer dans l’immédiat le renfort des FACA et des forces de sécurité intérieure, défendre la capitale du Haut-Mbomou, encerclée par l’UPC.

Ces derniers temps, les combattants de l’Union pour la paix en Centrafrique (UPC) d’Ali Darassa Mahamat, ont multiplié des attaques sur la ville d’Obo, hélas, ces derniers ont été repoussés par les forces armées centrafricaines (FACA), détachées dans cette préfecture.

En récoltant un échec cuisant lors de ce récent assaut, les éléments de l’UPC, qui ont bénéficié du renfort de leurs frères d’armes de Mboki, Bambouti et Zémio,  armés jusqu’aux dents sur des motos, ont intensifié de leur présence aux périphéries de la ville.

Face aux rebelles de l’UPC lourdement armés, le Commandant Judes Ngayoko, préfet du Haut-Mbomou, au sud-est de la République centrafricaine, a lancé un cri d’alarme aux hautes autorités de Bangui afin d’envoyer une équipe supplémentaire des FACA.

« L’UPC a développé plusieurs stratégies depuis longtemps pour conquérir la ville d’Obo en récupérant les motos des civils de Bambouti, Mboki et Zémio devant leur permettre de  descendre sur ladite ville. Je demande au gouvernement d’augmenter le nombre des FACA qui sont là parce que l’effectif actuel ne suffit pas de faire face à ces belliqueux assaillants », a-t-il plaidé.

Pour désamorcer les combats qui s’intensifient entre les FACA et l’UPC, la MINUSCA et les autorités locales ont tenu dans l’après midi de ce mardi 19 mai, une réunion de travail avec les différentes couches sociales de la ville d’Obo dont la communauté musulmane devant permettre à la population en fuite de regagner leur domicile respectif.

Force est de constater que l’appel au retour aux domiciles des populations a ragaillardi les rebelles de l’UPC qui ont lancé un nouvel assaut sur la ville au début de la matinée de ce mercredi 20 mai. Une source locale contactée par Ndjoni Sango a confirmé cette nouvelle attaque.

« Le combat vient de reprendre entre les FACA et les éléments de l’UPC. Certains habitants ont repris le chemin de la brousse et d’autres sont obligés de se mettre à l’abri à l’intérieur de leurs maisons propres. Pour le moment, la tension est tendue parce qu’il y’a les tirs d’armes lourdes qui s’approchent de la ville », c’est en ces termes que ce citoyen a décrié l’atmosphère de la ville d’Obo sur les feux d’armes.

On totalise en tout trois attaques de l’UPC sur la ville d’est de Centrafrique  dont deux ont été repoussées par ces derniers jours par les FACA. Le régime de Bangui n’a pas encore réagi à ces multiples offensifs de ce groupe armé pourtant signataire de l’Accord politique pour la paix et la réconciliation en Centrafrique, signé le 6 février 2019 à Bangui entre le gouvernement et les 14 groupes armés.

0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments