RCA : l’Union africaine, 57 ans d’existence, bilans et perspectives

0
1150
Afrique-Union-africaine-Ndjoni-Sango
Les Chefs d'Etats et gouvernements du continent africain lors d'un sommet à Brazzaville

Par Marly PALA

Bangui 28 mai 2020— (Ndjoni Sango) : Le monde a célébré le lundi 25 mai dernier, la journée internationale de l’Afrique, jumelée pour la naissance de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA), l’actuelle Union Africaine (UA) en 1963. Alors, à 57 ans d’existence, quel bilan peut-on dresser de cette organisation ? Quelles sont les perspectives pour l’avenir du continent africain ?

Créée en 1963 pour défendre les causes du continent africain en termes de développement, économie, sécurité mais aussi politique, l’Organisation de l’Unité Africaine, l’actuelle Union Africaine a totalisé 57 ans d’existence. Ces nombreuses questions nous assaillent toujours, non sans angoisse.

L’Afrique est-elle devenue ce continent de liberté, paix,  prospérité et réussite dont les pères fondateurs avaient rêvé ? Les Africains sont-ils plus unis, plus solidaires et plus épanouis ? L’Afrique  a-t-elle conquis la place à la mesure de son immense potentialité et de ses ambitions légitimes sur la scène internationale?

Face à ces différents types d’interrogations, nous pourrions affirmer que le bilan d’un demi-siècle d’indépendance et de liberté du Continent reste dubitatif.

Car, en dépit d’un potentiel économique considérable, d’un capital humain riche, jeune et dynamique, la majorité des Etats africains peinent à assurer le bien-être de leurs populations. Des secteurs vitaux, tels que l’éducation, la santé et la sécurité dépendent en grande partie de l’aide extérieure.

Le communautarisme et le tribalisme se sont davantage cristallisés à la faveur d’un multipartisme et des principes démocratiques parfois dévoyés. Des crises ouvertes, générées par le terrorisme et des conflits interethniques ou interconfessionnels aux crises post- électorales, l’Afrique offre toujours, ici ou là, des scènes de violences, de fragilités  et d’incertitudes du lendemain.

Une situation plus ou moins dubitative à laquelle Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l’Union Africaine, déplore en ces termes : «Nous commémorons aujourd’hui la création, le 25 Mai 1963 ici même à Addis-Abeba, de l’Organisation de l’Unité Africaine. Il y a exactement 57 ans, jour pour jour. Cette date, considérée comme la journée mondiale de l’Afrique, est, comme toutes les fêtes d’envergure, un moment de joie, de fierté mais aussi de recueillement et de méditation. Il y a 57 ans,  l’Afrique a posé les jalons de son unité, mise à mal par la colonisation, en créant une organisation commune, l’OUA, devenue Union Africaine en 2002. 57 ans après cet acte fondateur, l’Afrique s’est  affranchie de la présence coloniale et de l’apartheid ; elle a amorcé son unité politique et de grands  progrès économiques, sociaux et culturels. De tels progrès ne sauraient occulter les insuffisances et les retards parfois patents ».

Il a par ailleurs ajouté que dans ce décor mitigé, transparaissent  tout de même des lueurs d’espoir,  tant la volonté de vaincre la fatalité est grande et les moyens de briser le cercle de la dépendance et de la pauvreté sont significatifs.

Des évolutions positives, des dynamiques nouvelles, des volontés farouches, des réussites spectaculaires ne cessent de s’affirmer et de baliser les chemins du futur.

Il convient de souligner que malgré un demi-siècle d’existence de cette institution africaine, on note l’ingérence notoire des puissances occidentales sur des grandes décisions en ce qui concerne l’avenir politique, économique et sécuritaire des Etats africains.

0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments