RCA : l’OMS et le gouvernement présentent un tableau inquiétant des infections à hépatites virales

0
311
Centrafrique-média-Nfjoni-Sango
Dr-Pierre-Somsé-ministre-centrafricain-de-la-santé-publique-@Photo-Erick-Ngaba

Par Grace NGBALEO

Bangui 1er Août 2020—(Ndjoni Sango) : Le monde célèbre ce mardi 28 juillet,  la journée mondiale de lutte contre les hépatites virales autour du thème : « Un futur sans Hépatites ». Une occasion pour le ministre de la santé,  Pierre Somsé et Séverin Von Xylander, représentant de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), de faire un point sur la situation de la maladie dans le pays.

Dans une déclaration faite le lundi 27 juillet de cette année, le ministre de la santé  Pierre Somsé, a souligné que les données disponibles issues d’enquête sérologiques conduites par l’Institut Pasteur de Bangui, indiquent 62 % des patients hospitalisés à Bangui sont atteints d’une hépatite aiguë ou chronique. Tandis que des études récentes trouvent 16,7% de positifs pour l’hépatite B parmi les donneurs de sang à Bangui.

La prévalence du virus dépasse 16%, dans  les provinces comme la Ouaka, la Bamingui Bangoran et la Vakaga, affirme le ministre : « D’autres études portant sur la population générale  font état d’une prévalence du virus de l’hépatite  B de 10,6% avec des prévalences dépassant 16% dans les provinces de la Ouaka, la Bamingui Bangoran et la Vakaga . La Vakaga aurait l’une des prévalences les plus élevées du monde se situant entre 27.5 à 33.0 % ».

A cela s’ajoute une prévalence de 6,3% du virus de l’hépatite B parmi les personnes vivant avec le VIH ; 11,9% parmi les professionnels de sexe et 19,7% parmi les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes.

Séverin Von Xylander, représentant de l’OMS,  a déclaré ce mardi 28 à son tour, qu’en RCA les hépatites représentent un fardeau considérable. L’hépatite E cause régulièrement des épidémies en RCA à cause des mauvaises conditions hygiéniques et le faible accès à l’eau potable dans l’arrière- pays comme dernièrement à Bocaranga ( de juillet 2018 à mars 2019).

L’hépatique E représente un grand danger pour les femmes enceintes pouvant amener la mort surtout vers la fin de la grossesse. Mais c’est surtout les hépatites B, C et D qui posent un sérieux problème de santé publique en Centrafrique.

« Presque 1/6 soit  15 ,4% des Centrafricains adultes souffrent d’une hépatite B chronique et presque 4/5 soit  77% ont eu contact avec le virus sans être vaccinés »,  dixit il.

Face à cette situation, Pierre Somsé appelle la population à se prévenir de ce fléau : « A la population centrafricaine, je lance un vibrant appel pour prendre conscience des hépatites virales, cette tragédie silencieuse, invisible qui fait déjà ravages parmi nous », lance t-il.

Devenues un fléau mondial, les hépatites virales se manifestent par une inflammation  du foie provoquée par plusieurs virus(ABCDE) qui se transmettent soit par voie féco-orale soit alimentaire (pour les virus A et E, soit par la voie sexuelle, sanguine ou d’une femme enceinte infectée à son enfant (pour les virus B Cet D).

0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments