RCA: la main tendue de Touadera ne suffit-elle pas aux groupes armés d’arrêter les hostilités ?

0
416
Centrafrique-Faustin-Archange-Touadera-Ndjoni-Sango
Faustin-Archange-Touadera-Chef-de-lEtat-centrafricain-2019

Par Prince Wilfried NZAPAOKO

Bangui 27 août 2020— (Ndjoni Sango): La République Centrafricaine est l’un des pays de la sous-région colonisée par la France et dont certaines localités sont occupées par les groupes rebelles qui continuent de faire leur propre loi sur la population. Or, le Président Touadera ne cesse de leur tendre la main pour qu’il y ait la paix sur l’ensemble du territoire national à travers l’accord dit de Khartoum.

La du président Faustin Archange Touadera repose sur le dialogue afin d’apaiser la tension pour permettre à la population de retrouver la paix. Il s’engage à travers sa politique d’épargner le pays du pire.

L’un des cas similaires est la maladie à coronavirus dont le président et son gouvernement se sont investis pour mettre hors du danger ses compatriotes.

Malgré que ce régime a tout fait pour éviter le bain de sang, ces rebelles continuent de donner des massacres à la population civile malgré sa générosité.

La France, pays colonisateur de notre cher et beau pays la RCA, est à l’origine de nombreux malheurs du peuple centrafricain. Sans oublier la manipulation des partis politiques opposants.

Cependant, que doivent  faire les Centrafricains pour défendre leur pays aux mains des assoiffés de sang qui sont les groupes rebelles manipulés par l’extérieur?

Les habitants des arrière-pays sont sans défense malgré la présence des forces onusiennes dont la principale mission est le maintien de la paix, mais hélas! Les Forces Armées Centrafricaines (FACA) ont combattu avec beaucoup de bravoure malgré l’embargo qui pèse sur elles comme une épée de Damoclès. Le réarmement et l’enlèvement de l’embargo pourra permettre à nos FACA d’être opérationnelles afin d’assurer la sécurité de son peuple.

Pour combien de temps les Centrafricains continueront-ils de souffrir sur leur propre sol ?

Malgré l’accord de paix signé à Khartoum en février 2019 et le récent accord signé par le gouvernement et les groupes rebelles, ces semeurs de troubles continuent encore de semer la terreur dans les provinces.

Les exactions commises par les ennemis de la paix sont indénombrables, la tuerie, le kidnapping et autres sont considérés comme des actes de barbarie.

Au regard de tout ce qui précède, l’opinion internationale et les autres garants et facilitateurs de paix doivent mener à bien leur action et faire de sorte que les troupes rebelles respectent à la lettre les accords qu’ils ont eux-mêmes signés.

Ses groupes rebelles  ont été créés par les ennemis de la nation  pour mettre la pression sur nos dirigeants pour leurs intérêts égoïstes comme si nous sommes encore à l’époque de la colonisation.

Les cris et les plaintes de la population centrafricaine qui se trouve dans les provinces restent de nos jours sans réponses comme une alarme qui n’alerte personne. Quand bien même la présence des forces étrangères est là sur notre territoire.

Que veulent encore les groupes rebelles pour arrêter les hostilités dans nos provinces ?

Les garants et facilitateurs de paix doivent tout faire pour arrêter cette hémorragie afin de faciliter une élection paisible, transparente et démocratique.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires