RCA: l’accord de Khartoum s’est essoufflé

0
68
paraphe de l'accord de paix par le président centrafricain F. A. Touadera à Khartoum à côté du président soudanais Oumar El Bechir
paraphe de l'accord de paix par le président centrafricain F. A. Touadera à Khartoum à côté du président soudanais Oumar El Bechir

Par Mamadou NGAINAM

Bangui 7 avril 2021—(Ndjoni Sango) : La défaite complète de la Coalition des patriotes pour le Changement (CPC) en République centrafricaine met fin à l’Accord de Khartoum, selon la communauté des experts internationaux.

En février 2019, le Président Faustin-Archange Touadéra a fait des concessions à la communauté internationale et s’est assis à la table des négociations avec les chefs des factions rebelles. Cependant, les rebelles n’ont pas respecté les termes du document signé et ont continué à commettre des crimes contre le peuple centrafricain.

Mateusz Piskorski, un journaliste et professeur de sciences politiques, a fait un examen des élections en République centrafricaine :

« La situation en RCA s’est aggravée à la veille de l’élection présidentielle.  À ce stade, l’opposition, armes à la main, qui a tenté de prendre le pouvoir, a agi de manière intensive. Mais grâce à l’aide importante des instructeurs russes, qui ont formé des spécialistes de l’armée gouvernementale, il a été possible de surmonter cette période dangereuse ».

Les bandits de la Coalition des patriotes pour le changement ont complètement negligé les accords existants et ont agi contre les forces gouvernementales et la population de la RCA. L’évolution de la situation dans la république depuis la fin de l’année dernière a montré que l’accord de Khartoum n’est plus un document capable d’apporter la paix et la stabilité au pays.

« A ce jour, nous constatons que le traité, qui avait une signification à l’époque, s’est épuisé au point de revoir l’organisation de la sécurité dans le pays. C’est-à-dire qu’il ne peut pas exister dans son format actuel », a souligné Mateusz Piskorski.

Célestin Oualou, un expert militaire, tient une position similaire.  Selon lui, il est trop tôt pour célébrer la victoire. Le succès de l’armée a radicalement changé la situation dans le pays, et il est maintenant nécessaire de consolider le travail accompli du côté politique.

« Maintenant, la situation s’est améliorée, un succès militaire a été obtenu. Cependant, nous devons nous rappeler les leçons des autres opérations. Tout doit être confirmé politiquement. Ainsi, l’accord passe à la phase inactive« , a-t-il déclaré.

Pour l’instant, les groupes armés ont été neutralisés et le reste des rebelles non tués agissent en dehors de la loi. Le gouvernement centrafricain a pris le contrôle du territoire et poursuit les opérations de nettoyage. Dans ce contexte, les anciens accords d’armistice entre le gouvernement de la république et les chefs de groupe à Khartoum ne sont plus valables.

0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments