RCA: mise en garde du ministre de la sécurité publique

0
399
Henri Wanzé Linguissara, ministre centrafricain de la sécurité publique

Bangui 22 avril 2021—(Ndjoni Sango): Dans ce communiqué ci-dessous, le ministre de l’intérieure chargée de la sécurité publique, Henri Wanzé Linguissara, a mis en garde les criminels rebelles de la CPC qui tentent de semer des troubles dans le pays.

COMMUNIQUE

Le Ministère de l’Intérieure et de la Sécurité Publique tient à informer l’opinion nationale et internationale que suite aux attaques en décembre 2020 commises par les groupes armés des Antibalaka, des 3R, du MPC, de l’UPC, du FPRC, ainsi que par tous les autres groupes armés et bandits unis sous le drapeau de la CPC et suite à leurs activités criminelles effectués sur toute l’étendue du territoire nationale : les viols, les pillages, les assassinats, la tentative de renverser le pouvoir en place par coup d’Etat, les tentative de faire échouer les élections, que ces groupes criminels sont déclarés des groupes terroristes et ne sont plus en aucun cas considérés comme des groupes politico-militaires.

Il est aussi à souligner que le groupe terroriste du CPC par voix des groupes armés qui ont adhéré à ce mouvement ne cessent ces tentatives pitoyables de dénigrer le Gouvernement centrafricain dans les yeux de la communauté internationale, essayant de se faire croire pour une opposition démocratique qu’elle ne représente en aucun cas.

Les groupes armés listés ci-dessus sont des organisations terroristes qui violent la législation en vigueur de notre pays. Toutes les déclarations faites aux noms de ces bandits sont hors loi et leurs incitations sont criminelles.

Le Ministère de l’Intérieure et de la Sécurité Publique de la RCA déclare que toutes les actions d’exactions commises par ces bandits pour les activités de transhumance, les activités de commerce, la libre circulation et l’exploitation des ressources minières ainsi que toutes autres formes d’exactions seront strictement réprimées par les forces de l’ordre de la RCA !

La délivrance des ressources minières (or, diamants) est considéré comme financement du terrorisme.

Les individus aperçus occupés par ces activités illicites seront punis en conformité avec la législation en vigueur, dont par voie de travaux forcés pour financement des activités terroristes.

5 1 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments