RCA : Grosgurin, Christine Dufour, et Mme Lamoureux, ces diplomates français qui torpillent les relations entre Bangui et Paris

2
255
Jean-Marc Grosgurin, ambassadeur de France à Bangui

EDITORIAL

Par Erick NGABA   

Bangui 21 juillet 2021—(Ndjoni Sango) : Rien ne va plus entre Bangui et Paris. On dirait que la tension a monté d’un cran depuis que l’Ambassadeur de France à Bangui, Jean-Marc Grosgurin et sa clique ont décidé d’engager un bras de fer avec les autorités centrafricaines qui ne cessent de subir des scènes d’humiliation.

C’est quand même inadmissible qu’un ambassadeur adopte une telle posture vis-à-vis des hautes autorités d’un pays où il est accrédité. Mais, Jean-Marc Grosgurin l’a bien démontré aux autorités centrafricaines qu’il décide désormais tout et de rien quand il s’agit de vouloir obtenir le visa pour pouvoir atterrir sur le territoire européen.

C’est ce qu’il n’a pas hésité un seul instant et sans ambages, de traiter comme des moins que rien les parlementaires centrafricains et cadres du bureau du parlement, à savoir Evariste Ngamana, Hassan Akhras, Thierry Ndomadji Ndoyo, Henri Josée Gbogouda et Djamilatou Ahidjo qui devaient se rendre en Belgique dans le cadre d’une rencontre des députés de la francophonie. Ironiquement, le trio des diplomates français Jean-Marc Grosgurin, Christine Dufour et Mme Lamoureux, a délibérément refusé de leur délivrer les visas.

Or, la demande de ces visas a été introduite à l’ambassade de France par l’ambassade d’un pays membre de l’Union européenne où les parlementaires centrafricains devraient s’y rendre. Il s’agit bien de l’ambassade de Belgique en Centrafrique ayant pour résidence au Cameroun qui en a fait la demande. Cela ne veut rien dire à Grosgurin et sa clique.

Faut-il déclarer Grosgurin et sa bande « persona non grata » comme le réclament au gouvernement les mouvements de la société civile centrafricaine ? On se demande si un diplomate centrafricain accrédité en France peut se permettre de poser un tel acte vis-à-vis des hautes autorités françaises.

Le gouvernement centrafricain a intérêt à prendre ses responsabilités face à cet acte d’humiliation des députés de la nation centrafricaine. Car, l’Ambassadeur français n’est pas à son premier acte d’humiliation. Il a fait de même à d’autres personnalités importantes du pays. Affaire à suivre…

5 1 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Judicael Ouikon-Dongongo
10 jours il y a

Tous les 3 sont des médiocres que le gouvernement légitime et légal de notre pays le Centrafrique doit demander leur départ. D’autant plus que leur pays la génocidaire france est en faillite, leur rapatriement doit se faire trop vite avec le cash du trésor centrafricain.

Jean-Marie Six
Jean-Marie Six
9 jours il y a

Les usages dans les relations internationales entre pays qui se respectent, est l’application stricte de mesures réciproques (nombre pour nombre). La France ne respecte pas les pays de son ancien pré carré. Alors appliquons le même mesure pour des personnages de même rang dans certaines ONG françaises ou officines dites d’influence, qui agissent sournoisement contre les efforts du Président Faustin Archange Touadéra pour sortir la Centrafrique de l’extrême pauvreté. La Centrafrique peut rapidement devenir autonome dans le domaine vital des transports aériens locaux… à condition de ne pas se complaire dans l’assistanat délivré par certaines ONG « Sans Frontières ». Je ne… Lire la suite »