RCA: le régime de Touadera de plus en plus menacé

0
571
Faustin-archange-touadera-centrafrique-ndjoni-sango
Investiture du président centrafricain Faustin Archange Touadera le 30 mars 2021 @crédit photo Erick Ngaba

EDITORIAL

Par Erick NGABA

Bangui 24 Novembre 2021—(Ndjoni Sango) : Le régime de Bangui traverse une zone de turbulence dans un contexte où trois mécanismes de paix à savoir l’accord de paix du 6 février, la feuille de route de Luanda et le dialogue républicain qui tarde à venir, sont enclenchés par le gouvernement pour la sortie définitive du conflit militaro-politique. L’arrestation du ministre de l’élevage, Hassan Bouba, entre temps, leader influent du groupe rebelle UPC, semble être une anguille sous roche.

Même si aujourd’hui, on peut affirmer que la menace de la rébellion CPC est écartée à 90% grâce à la prouesse des forces gouvernementales, mais le sur le plan diplomatique et géostratégique, le régime de Touadera demeure sous les menaces de déstabilisation.

En effet, tout le monde a applaudit avec un sentiment de satisfaction l’arrestation de ce seigneur de guerre qui a fait couler tant de sang des innocents à travers l’UPC, cette aile dure des groupes rebelles dirigé par le mercenaire tchado-nigérien Ali Darassa. Mais, tout le monde n’a songé voir au-delà de cette arrestation.

Pour le dire, l’arrestation d’Hassan Bouba présente plusieurs enjeux politiques et diplomatiques qui impactent directement sur le processus de paix en cours dans le pays à travers les trois mécanismes précités. De l’avis de plusieurs observateurs indépendants, cela va sûrement fragiliser l’élan que prend le gouvernement centrafricain pour le retour de la paix dans le pays.

Certes. Hassan Bouba est un présumé criminel réputé qui doit répondre de ses actes criminels devant la justice. Seulement, son arrestation s’est produite dans une circonstance floue et de surcroit dans un contexte extrêmement sensible.

Hassan Bouba, à un moment donné, s’est engagé dans le processus de paix au côté du gouvernement à travers l’accord de paix. A travers son engagement dans cet accord, il a pu fragiliser le mouvement UPC qui s’est retrouvé aujourd’hui en deux fractions. Stratégiquement, le numéro 2 de l’UPC, bras droit d’Ali Darassa, a pu convaincre les combattants de ce mouvement à déposer les armes et à s’engager résolument dans le processus de la paix.

Depuis deux mois, l’on assiste à la capitulation d’une centaine de combattants de l’UPC qui sortent de leur cachette dans la préfecture de la Ouaka et de la Basse-kotto pour déposer les armes. Le gouvernement s’appuie sur son influence dans le mouvement pour réussir le programme DDRR dans la zone d’occupation de l’UPC.

A surprise de plus d’un, la Cour pénal spéciale a procédé à son arrestation. Le mandat conduisant à son arrestation n’est pas délivré par le gouvernement centrafricain avec qui Hassan Bouba collabore étroitement pour fragiliser l’UPC d’Ali Darassa. Ce qui revient à dire que le gouvernement de Touadera n’était pas encore prêt pour envisager son arrestation. Sinon, c’est de se tirer une balle entre les jambes.

Bien qu’un acte salué par tous, son arrestation s’est produit alors qu’il est en plein processus de désarmement et de démobilisation des éléments de l’UPC. De l’avis des observateurs indépendants, son arrestation ne devrait pas se faire dans ce contexte actuel du DDRR et du dialogue républicain. Selon des analyses poussées, tout est mis en œuvre pour mettre le bâton dans la roue du régime de Bangui qui s’engage à ramener la paix à tout prix et par tous les moyens.

Alors, pourquoi la CPS n’a-t-elle pas procédé à l’arrestation de Bouba dès son arrivée à Bangui? Pourquoi a-t-elle attendu un moment crucial du processus de paix pour l’arrêter? Pourquoi n’a-t-elle pas pu arrêter ceux qui ont refusé de cesser aux hostilités et continuer de massacrer les civils? Y a-t-il un agenda caché pour faire échec efforts du régime de Bangui dans son élan de ramener la paix? La communauté internationale veut-elle vraiment voir la paix s’installer en Centrafrique?

Autant de questions qui demeurent sans réponses. A l’analyse de la situation, l’on comprendra qu’il y a bien de choses cachées derrière cette arrestation.

1 1 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires