Naufrage du basket centrafricain: l’urgence de le dépolitiser

0
92
Equipe type de basketball centrafricaine à Kigali

EDITORIAL

Par Erick NGABA

Bangui 29 Novembre 2021— (Ndjoni Sango) : Le basketball centrafricain ne fait que reculer depuis quelques années. L’ingérence politique, le conflit de compétence et d’intérêt qui ont occasionné le naufrage de cette discipline sportive d’où l’urgence de la sauver des maux qui freinent son rayonnement sur la scène internationale.

La République centrafricaine est une grande nation de basketball en Afrique. Pour avoir remporté deux fois l’Afro-basket, le pays fait peur aux autres dans les grandes compétitions internationales par le passé.

Aujourd’hui, le basket centrafricain chavire. L’on assiste à son naufrage. De patinage en patinage, la République centrafricaine n’arrive plus aujourd’hui à présenter un basket classe devant ses adversaires qui, par le passé, ont une certaine crainte lors des compétitions continentales ou zonales.

Toute cette situation arrive aujourd’hui car, le basket centrafricain souffre de certains maux qu’il faut chercher à vite les soigner. Afin de pouvoir redorer son blason, il faut absolument dépolitiser le basket centrafricain notamment sa fédération qui doit avoir une indépendance vis-à-vis du ministère.

Il va de même pour toutes les disciplines sportives. Le ministère de la jeunesse et des sports qui s’ingère dans les affaires des fédérations sportives crée des malaises au bon fonctionnement du sport centrafricain.

Par exemple, la participation des fauves de basket aux éliminatoires de la coupe du monde zone Afrique, a fait l’objet des tractations et de discorde. Le ministère et la fédération ne sont pas accordés non seulement au sujet du Directeur technique national mais aussi de la gestion de fonds alloué au budget du déplacement en Angola.

De surcroit en Angola, et ce qui est aberrant, la République centrafricaine est le pays participant qui s’est déplacée avec son ministre des sports qui a accompagné les fauves pour les éliminatoires à Benguela. Ce qui démontre déjà le niveau de la politisation du basket centrafricain contrairement aux autres nations africaines de basketball.

Entre temps, on apprend qu’à Benguela, les fauves ont refusé de jouer le reste du match du fait de leur prime dont le ministère des sports s’occupe de la  gestion en lieu et place de la fédération.

A travers la débâcle des fauves, le gouvernement doit tout mettre en œuvre pour redonner au basket centrafricain ses lettres de noblesse. Car, grâce aux sports, la RCA se fait parler d’elle positivement à l’international.

Dans sa vision du développement du sport, le président Touadera a déclaré dans programme politique, la création d’un fonds dédié au financement des activités sportives du pays. On s’attend aujourd’hui à la concrétisation de cette promesse, au lieu d’attendre à la veille du déplacement des fauves tous confondus pour décaissement de fond  alloué au budget.

Aujourd’hui, les fédérations sportives doivent acquérir une certaine indépendance vis-à-vis du ministère de tutelle dans leur fonctionnement. La dépolitisation des organisations sportives s’avère indispensable.

En plus de la dépolitisation, il faut qu’il y ait au sein de la fédération du basket comme toute autre discipline sportive, une gestion transparente et rigoureuse des enveloppes allouées au budget de la participation des fauves aux compétitions internationales.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires