RCA: l’AJDEFCA et les jeunes échangent sur l’éducation affective, relationnelle, sexuelle des jeunes filles

0
43
échanges des jeunes sur l'éducation des filles @crédit photo Kizer Maidou

Par Kizer MAÏDOU

Bangui 20 Juillet 2022-(NDJONI SANGO): L’Association des Jeunes Défenseurs de l’Education des Filles en Centrafrique (AJDEFCA) a organisé le lundi dernier un moment d’échange avec les jeunes sur l’éducation affective relationnelle et sexuelle des jeunes filles centrafricaines, à l’hôtel Ledger Plazza Bangui.

Cette 2ème édition d’échange organisée par l’association des jeunes défenseurs de l’éducation des filles en Centrafrique a permis aux jeunes centrafricains et les membres du gouvernement d’échanger sur l’éducation des filles en Centrafrique. Une occasion pour l’organisation de présenter le bilan en santé sexuelle reproductives des jeunes en Centrafrique.

Selon un exposé réalisé ce jour, sur les besoins des jeunes en santé sexuelle reproductive des adolescents et jeunes, 45,3% des filles Centrafricaines tombent précocement enceinte, 15,5% des jeunes utilisent les méthodes contraceptives. Selon la récente enquête MIC, les garçons ont eu leur premier rapport à l’âge de 17 ans contrairement aux filles en âge de 15 ans.

Ce qui démontre que les filles sont plus exposé. 34% de leur premier rapport ont été avec des voisins, 14% avec des amis de classe. Le multi partenariat représente 28%, ce qui veut dire qu’une jeune fille centrafricaine en âge de sexe à 2 ou 3 partenaires a elle seule.

Ces chiffres démontrent a suffisance que l’éducation des filles en santé de reproduction est une nécessité de l’heure pour une meilleure éducation en santé sexuelle. Raison pour laquelle AJDEFCA a organisé cet échange entre les jeunes et les membres du gouvernement pour sensibiliser cette catégorie de la population sur ce sujet tabou. L’objectif selon Sandrine BEYINA, est d’emmener les jeunes filles à prendre conscience de leur avenir et de bien gérer leur sexualité.

«Ça reste un sujet tabou, nous aimerons communiquer tout au tour. Nous tous nous savons la situation de la sexualité des jeunes filles en République Centrafricaine. C’est un combat que nous menons, on n’aimerait pas mener ce combat à seul. On aimerait avoir des filles responsables, capable de prendre contrôle de son corps et gérer sa sexualité   », a expliqué la présidente de l’AJDEFCA.

Pour pouvoir sensibiliser les jeunes filles Centrafricaines à prendre conscience de leur avenir, la présidente de cette association attend des parties prenantes leur implication en vue de relever le défi. Aux parents un meilleur encadrement: « On attend des parents à mieux encadrer leurs jeunes filles, beaucoup communiquer avec leurs enfants et les orienter dans ce sens. », a ajoutée présidente.

Pour promouvoir la santé parfaite des filles en santé de reproduction il va falloir l’implication du gouvernement, des parents, des communautés religieuses, des médias, de l’associations et des jeunes filles elles-mêmes. C’est ce qu’a expliqué Parfait BIDA-KOLIKA enseignant à l’université de Bangui. Il faut préciser que le gouvernement centrafricain a injecté 17% dans le budget national pour l’éducation des jeunes, et entend l’augmenter d’ici 2023 à 23%.

Notons que cet échange entre les jeunes et l’association ainsi que certains membres du gouvernement à savoir Serge DJIORIE Ministre de la communication porte parole du gouvernement, Jennifer SARAÏVA YANZERE, Ministre des Art, de la culture et du Tourisme, Wilfried SEBIRO Ministre Conseiller chargé de communication à la présidence, a été riche en couleur.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires