RCA: les enseignants du supérieur demandent la révision partielle de la constitution

0
204
les enseignants de la faculté des sciences politiques et juridiques

Par Basta Balouwa

Bangui 28 octobre 2022 – (Ndjoni Sango) : Lors de leur Assemblée Générale Extraordinaire ce jour 28 octobre 2022, les enseignants de la faculté des sciences politiques et juridiques prennent acte de l’admission de Danielle Darlan à la retraite, et demandent une révision de la Constitution du 30 mars 2016.

Le 17 octobre 2022, le ministre du secrétariat général du gouvernement a saisi son homologue de l’enseignement supérieur pour prendre des dispositions en vue de remplacer deux enseignants chercheurs de l’université de Bangui à la cour constitutionnelle.

C’est ainsi que le doyen de la faculté des sciences politiques et juridiques a convoqué cette Assemblée Générale Extraordinaire pour que les enseignants chercheurs du droit de l’université de Bangui se prononcent sur les dispositions à prendre conformément à ce qui se passe à la cour constitutionnelle.

Ainsi, après leur Assemblée Générale Extraordinaire ce jour pour débattre de la question, ceux-ci ont déclaré aux journalistes quelques éléments importants à savoir :

1- l’Assemblée Générale Extraordinaire des enseignants chercheurs prennent acte de la mise à la retraite de ses deux représentants à la cour constitutionnelle parmi lesquels, Madame Danielle Darlan;

2- l’Assemblée Générale Extraordinaire déclare la CARENCE d’une candidature féminine remplissant les conditions requises pour être Juge constitutionnelle en application de l’article 99 alinéas 3 – 3, de la constitution du 30 mars 2016 ;

3- l’Assemblée Générale Extraordinaire demande au gouvernement de procéder le plutôt possible à une révision partielle de l’article 99 alinéas 3 – 3 de la Constitution du 30 mars 2016 pour permettre aux enseignants chercheurs du droit, d’élire ultérieurement leur représentant à la Cour Constitutionnelle sans tenir compte de son sexe (genre).

Il sied de noter que l’article 99 de la Constitution du 30 mars 2016, dispose clairement que la Cour Constitutionnelle comprend 9 juges dont au minimum (4) femmes. Les représentants des enseignants de la faculté des sciences politiques et juridiques doivent être un homme et une femme. Or pour l’instant aucune femme enseignante ne remplit les critères fixés par la Constitution du 3O mars 2O16.

Cette demande de la modification de la constitution par les enseignants, vient s’ajouter à la liste des réformes envisagées afin de doter la République Centrafricaine d’une nouvelle constitution, car l’ancienne constitution centrafricaine ne cadre pas à la réalité du pays.

Il revient maintenant au président de la République d’amorcer la procédure du référendum constitutionnel enfin de reformer les institutions de l’Etat.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires