RCA: l’accès aux services des soins de santé demeure un défi pour les populations

0
34
Centrafrique-traumatologie-hôpital-ndjoni-sango
Service de traumatologie de l'hôpital communautaire de Bangui

Par Jolidon Josiana TCHECKOE

Bangui, 20 décembre 2022— (Ndjoni Sango): En République Centrafricaine l’accès aux services des soins de santé reste un problème alarmant pour toute la population.  Ce phénomène qui existe depuis toujours, a été accentué par les récurrentes crises dans le pays surtout avec l’avènement de la rébellion CPC.

Même si la question d’accès facile aux soins de santé fait partie des priorités prônées par l’Organisation de la Santé (OMS) depuis les années 1946, et renforcée dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme en 1948 en son article 25, il faut reconnaître qu’en RCA des efforts considérables restent à fournir.

Au regard des multiples crises militaro-politique survenues dans le pays, le simple fait d’avoir accès facile aux services de santé de qualité reste un parcours des combattants pour la population. D’après plusieurs constats font sur le terrain, les patients succombent suite à leur maladie, dans les hôpitaux ou encore moins dans des centres de santés faute d’une assistance adéquate.

Ajouté à ce problème d’accès facile aux soins de santé, l’absence criarde des centres de santé dans les provinces et même dans les quartiers assez reculés de la capitale Bangui. Une situation décriée plusieurs fois par certains élus de la nation et autorités locales.

Il faut aussi relever le manque du personnel soignant et de qualité même si dans certaines provinces, on note quelques centres de santé. Ce qui est tout à fait contraire aux normes de l’OMS sui préconise au moins 23 personnels de santé de base pour dix mille habitants dans une ville.  Certaines villes de la RCA dépassent même cette norme. A titre illustratif, la ville de Bangui qui n’a que 40,8% de personnel de santé de base pour dix mille habitants.

Beaucoup des professionnels de la santé aujourd’hui, préfèrent s’orienter en dépit de ces aléas, dans des privés ou intervenir dans les Organisations Non Gouvernementales.

Il faut reconnaitre que le gouvernement a lancé en avril 2019 la couverture sanitaire universel en vue de favoriser un accès facile et partout à la population aux soins de santé. Malheureusement, quatre ans après, la population est toujours confrontée à ce problème avec une augmentation du taux de mortalité maternelle et néonatale.

Pour combler ce vide dans nos villes de province, plusieurs ONG internationales interviennent dans ce domaine en lieu et place du gouvernement. D’autres parts, certaines institutions de la place à l’exemple de l’église Catholique qui a ouvert un Institut Supérieur de Technique Médicale dans le 7e arrondissement de Bangui l’année dernière. Cet institut dispose une capacité de former 300 étudiants par an et à un niveau de licence afin d’alléger un peu la souffrance de la population dans les provinces.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires