RCA: le mouvement Azimut alerte l’ONU sur les menaces sécuritaires aux frontières

0
98
Pott Madendama-Endzia coordonnateur du mouvement Azimut

Par Mamadou NGAINAM

Bangui 21 décembre 2022—(Ndjoni Sango) : Dans une lettre ouverte adressée au secrétaire général adjoint de l’ONU aux opérations de paix, le mouvement de la société civile Azimut Vivre Ensemble en Paix de la République Centrafricaine attire l’attention de l’ONU sur la présence des groupes armés basés aux frontières centrafricaines avec le Tchad, le Soudan, la RDC.

La République centrafricaine fait aujourd’hui à des menaces sécuritaires trans-frontalières. Les organisations de la société civile et les médias ont informé et dénoncé la présence massive des groupes rebelles et mercenaires près des frontières de la RCA avec ses pays voisins qui servent de bases arrière aux rebelles.

Depuis lundi dernier, le secrétaire général adjoint de l’ONU pour les opérations de paix, Jean Pierre La Croix, est en visite de travail à Bangui. L’occasion pour la population centrafricaine d’exprimer leur ras-le-bol au haut dirigeant de l’ONU sur les manœuvres de déstabilisation du pays.

C’est ce qu’a fait le mouvement Azimut dirigé par Pott Madendama-Endzia qui a adressé une lettre ouverte à Jean Pierre La Croix lors d’une manifestation devant le siège de la MINUSCA à Bangui.

« Des sources diverses, il arrive des informations selon lesquelles des groupes armés campés sur le territoire du Tchad, du Soudan et de la République démocratique du Congo (RDC) envisagent de lancer une invasion au territoire de la République Centrafricaine. La menace d’une invasion », alerte le mouvement dans sa lettre ouverte.

En dénonçant dans sa lettre un attentat terroriste perpétré contre le chef de la mission humanitaire russe à Bangui, Dmitry Syty, et l’attaque de l’usine d’engrenage du coton à Bangui, le mouvement Azimut alerte l’ONU sur l’utilisation des drones et aéronefs par les groupes armés pour déstabiliser la RCA.

« La société civile centrafricaine condamne fermement les actions criminelles visant à déstabiliser la situation, ainsi que la diffusion de fausses informations qui discréditent le gouvernement de la République Centrafricaine. Les Centrafricains soutiennent pleinement l’Armée nationale (FACA) et les autres forces loyales qui assurent la sécurité de la population civile », dénonce le mouvement avant d’attirer l’attention de la communauté internationale aux cas du « financement extérieur systématique des rebelles des groupes armés qui encerclent les frontières paisibles de la République Centrafricaine ».

Enfin, l’Azimut exige une enquête internationale sur les actions des groupes armés concentrés autour des frontières du pays avec le Tchad, le Soudan et la République démocratique du Congo, ainsi que l’arrêt immédiat de leur financement.

Le mouvement appelle également la MINUSCA à se conformer strictement au mandat de l’ONU visant à assurer la sécurité des citoyens centrafricains, à ne pas fournir de soutien et d’assistance aux rebelles et mercenaires des groupes armés.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires