RCA : des agents sanitaires outillés en gestion clinique des cas de viol

0
46
Les agents sanitaires formés sur la gestion clinique des cas de viol à Bangui @crédit photo Marly Pala

Par Marly Pala

Bangui 22 décembre 2022—(Ndjoni Sango). : Dans le cadre du projet d’appui à la prévention des violences basées sur le genre et de la protection des droits de la femme en Centrafrique, plusieurs agents sanitaires venus de différents districts de Centrafrique ont été formés sur la gestion clinique des cas de viol. L’atelier de formation, financé par l’ONU Femmes s’était déroulé du 13 au 15 décembre dernier à Bangui.

Après les multiples crises sécuritaires qui se sont perpétrées en République centrafricaine, le phénomène des violences basées sur le genre et de harcèlement sexuel s’est aggravé tant dans la capitale et dans les villes intérieures du pays. Et, suite à cela, de nombreux cas de viol sont enregistrés dans les centres hospitaliers et districts sanitaires du pays.

Alors, comment gérer ces victimes de viol qui se présentent dans centres sanitaires ? Pour répondre aux multiples besoins de soins présentés par ces victimes, l’ONU Femmes a organisé un atelier de formation à l’endroit des agents sanitaires, venus de différents districts sur la gestion clinique des cas de viol.

A en croire Zoé Eulalie Deganai, responsable de santé de reproduction du district sanitaire de Bossangoa, cette formation est un atout pour la santé de sa communauté : « Vous savez que la ville de Bossangoa est une zone où il y a une insécurité grandissante et on note aussi le nombre de personnes victimes de VBG. Donc cette formation va me permettre de beaucoup aider ma communauté. C’est une première fois pour moi de prendre part à une formation sur les VBG, donc les trois jours de formation m’ont permis de comprendre comment prendre en charge les victimes de VBG et les amener à être confiantes pour dire clairement ce qu’elles avaient vécu afin de les aider sur le point médical approprié. Donc en tant que responsable de mon district sanitaire, je vais mettre ce que j’ai appris, à la disposition de mon équipe pour qu’ensemble, nous puissions secourir les victimes », a-t-elle confié.

Cette formation intervient après le constat fait selon lequel, beaucoup des cas de viol ne sont pas déclarés afin que la prise en charge soit attribuée. Ce qui constitue un grand risque pour la santé des victimes.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires