Centrafrique : Jeu de ping pong autour des élections groupées ?

0
10713

enrolement_centrafriqueLes réactions se font enregistrer au sujet de la tenue des élections groupées d’ici fin Décembre 2015. La Communauté Internationale veut que tout ait lieu avant 2016. La France, l’Union Européenne y compris les partenaires exigent aux autorités de transition Centrafricaine d’exécuter ce délai sous un jeu de cache-cache.

En revanche, les autorités de transition se montrent pessimistes pour le respect du délai. Telle est la déclaration faite par le Premier Ministre Mahamat KAMOUN  sur les ondes de la Radio Nationale. « Les choses ne sont pas encore prêtent ». Une déclaration sans commentaire. S’ajoute la démission du président de l’Autorité Nationale des Elections (ANE).

Les avis sont divergents à ce propos au niveau de la population et des hommes politiques. Pour certains fils du pays, « il faudrait que nous irons vite au vote, comme ça, le peuple va choisir celui qui peut diriger le pays. Même si les conditions ne sont pas toutes remplies, nous voulons seulement aller aux urnes ».

Par contre, d’autres  sont pessimistes comme le gouvernement. «  Ça sert à rien de presser. Il faut que la Communauté Internationale prenne en compte tous les contours avant de nous dire d’aller aux élections. Nous voulons des élections transparentes, crédibles pour une sortie définitive de la crise dans notre pays ».

Il en est de même pour la classe politique Centrafricaine qui connait des dissidences, dès l’annonce de la date des élections.  Certains sont pour tandis que d’autres sont contre.

Il est à noter que si les autorités de transition n’arrivent pas à organiser les élections dans le délai fixé par les partenaires, le pays sera asphyxié financièrement par tous les moyens. La circonspection et le sens du  patriotisme s’avèrent indispensable pour sauver la RCA.

Armando YANGUEN DJI

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires